Select Page

Howl

Article écrit par

Curieux mélange de fiction et docu autour du célèbre poème de Ginsberg, « Howl » brasse large, touche peu.

Présenté début 2010 aux Festivals de Berlin et Sundance, Howl bénéficie enfin d’une sortie sur les écrans français, grâce à la petite société de production et distribution Mica Films. Avec Gus van Sant à la production et deux documentaristes plutôt reconnus dans le milieu du cinéma indépendant américain à la réalisation, on attendait un peu impatiemment le film de Rob Epstein et Jeffrey Friedman. Malheureusement, Howl est audacieux mais bancal, novateur dans sa forme mais faible sur le fond. Ceux qui pensaient en apprendre un peu plus sur la beat generation en seront pour leurs frais ; les fans de Ginsberg qui se réjouissaient d’un portrait de l’homme regretteront le didactisme de l’ensemble.

Howl est volontairement divisé en quatre fils parallèles et concomitants : la lecture du célèbre poème par Ginsberg dans un bar underground new-yorkais au moment de sa parution, une interview reconstituée du poète, le procès intenté au texte pour obscénité (reconstitution et images d’archives), et des images d’animation censées illustrer l’oeuvre. On le sait, Bright Star l’a encore prouvé récemment, parler de poésie au cinéma n’est pas chose aisée. Howl, dans un premier temps, s’en sort plutôt bien en éclatant le récit, offrant quatre grilles de lecture qui empêchent le film de sombrer dans une posture statique. Epstein et Friedman, rompus à l’exercice documentaire, particulièrement sur les thèmes de l’homosexualité (on leur doit notamment The celluloid closet et The times of Harvey Milk), apportent une vision pas dénuée d’intérêt d’un ouvrage qui fit scandale en montrant assez finement la souffrance qui peut découler de l’acte de création.

C’est pourtant précisément dans ce mélange des genres, et en voulant faire de Howl un objet purement fictionnel en même temps qu’un document militant, que les deux cinéastes perdent de leur force de frappe. Il y a, à la vision de Howl, la désagréable impression que le film n’est jamais tout à fait là où il devrait être. L’idée de centrer le regard sur le poète et non pas sur l’homme était judicieuse : sauf que ce n’est pas la lecture de Howl qui accroche, mais bien l’entretien sous forme de confessions avec un Ginsberg trop en avance sur son temps. C’est son rapport à Kerouac, la manière dont il il fit exploser le conformisme et le langage, que l’on voudrait voir explorés davantage. Quant aux scènes de procès, elles se suivent sans peine mais semblent fabriquées, destinées à faire des performances de Jon Hamm et Mary Louise Parker un simple plaisir d’acteur plus qu’à évoquer un carcan de la pensée de l’époque. Les plans d’animation, quant à eux, sont trop littéralement accrochés au texte pour faire advenir la magie.

Reste James Franco, décidément très à l’aise en hipster des années 50 et convaincant en poète vilipendé. Disons-le, c’est pour lui qu’on regarde Howl sans ennui : pour le voir minauder, charmer son interlocuteur, aligner les bons mots et manier le sens de la formule. Grâce à lui, le film dessine parfois Allan Ginsberg tel qu’il était : grand rhétoricien, poète qui n’aimait rien tant qu’être maudit et trimballait l’élégant snobisme des incompris.

 

Titre original : Howl

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 84 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.