Select Page

Réalisateur : Mikio Naruse

Au gré du courant

C’est une peinture de caractères en camaïeu gris et en demi teinte que livre Mikio Naruse dans cette étude de mœurs désenchantée où le demi-monde des geishas traditionnelles sommé de s’adapter au diktat de la modernité est voué à l’extinction de son statut d’un autre âge. Un raffinement bouleversant d’émotion contenue pour une œuvre majeure.

Read More

Nuages d’été (Iwashigumo)

Un temps pour vivre, un temps pour mourir. Tel est l’adage élémentaire du cinéma selon Mikio Naruse, réalisateur japonais dont la filmographie prolifique (80 films de 1930 à 1969) enveloppa les pellicules du studio Toho de leur...

Read More

Nuages flottants (Ukigumo)

Le nom de Mikio Naruse a une bien faible résonance dans nos pays. Il fait partie de ces générations de cinéastes des deux « Ages d’or du cinéma japonais », mais a grandi à l’ombre des Ozu, Mizoguchi et autres Kurosawa. Gageons...

Read More

Le Repas (Meshi)

Le film s’ouvre sur le plan d’une ruelle d’Osaka qu’une voix de femme nous situe. Paisible chemin de terre coincé entre deux rangées de maisons. Un enfant sort en trottinant, sac au dos, suivi de sa mère qui lui demande de ne...

Read More

Nuages épars (Midaregumo – Mikio Naruse, 1967)

« Nuages épars » vient parachever la série des mélodrames narusiens entamée en 1959 ; cette fois en tohoscope couleurs. Chantre de la femme aliénée de la modernité, il livre ici son chant du cygne le plus élégiaque dans un réalisme sombre inégalé. Quand le septième art nous transporte au septième ciel, cela suffit à notre ravissement.

Read More