Select Page

Visions de la fin du monde

Article écrit par

Un Coin du cinéphile dans l’air de la fin des temps…

Le cinéma n’a pas attendu le farfelu contexte alarmiste actuel pour filmer la fin du monde. Se nourrissant des inquiétudes des sociétés d’alors (Seconde Guerre mondiale, Guerre froide, 11 septembre 2001), l’Apocalypse est un horizon menaçant et récurrent dans l’inconscient collectif . Au cinéma, la science-fiction ou le film catastrophe seront les genres les plus plébiscités pour traiter de ce thème propice à des images spectaculaires. Cela donnera entre autres les productions à grand spectacle de George Pal dans les années 50 comme Le Choc des mondes  ou La Guerre des mondes, dont les successeurs seraient plus tard Armageddon (Michael Bay) et Deep Impact (Mimi Leder). Sorti de l’écueil grand spectacle, cette thématique permettra pourtant des œuvres aux messages plus déroutants : pacifique dans Le Jour où la Terre s’arrêta de Robert Wise, alarmiste et solennel dans Le Dernier rivage de Stanley Kramer, politisé avec Le Monde, La chair et Le diable ou mystérieux et introspectif dans le méconnu Le Dernier survivant de Geoff Murphy.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré à René Clair.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.