Select Page

Tout ce qui brille

Article écrit par

Avec ce premier film soigné, Géraldine Nakache et Hervé Mimran signent une adorable comédie pour filles, légère mais pas superficielle.

Des strass plein les yeux quand elles pensent à Paris, Ely (Géraldine Nakache) et Lila (Leïla Bekhti), deux « best friends for ever », fantasment sur la ville lumière et rêvent de quitter leur banlieue : à Puteaux, on est « à dix minutes de la vraie vie » et c’est beaucoup trop.

En attendant de s’installer sur leur terre promise, Ely et Lila vivent chez leurs parents, se ruinent dans une paire d’escarpins qu’elles porteront à tour de rôle, s’incrustent dans des soirées branchées, mitonnent sur leurs origines et se font déposer à Neuilly (sur Seine) par leurs cavaliers servants.
Sous des abords très classiques, Tout ce qui brille pose un regard assez inédit (parce que normalisé) sur la banlieue : ni dangereuse, ni repoussante. Juste profondément ennuyeuse.

C’est précisément parce qu’il refuse tout propos politique quand il aborde le thème de la fracture sociale – on est très loin de L’Esquive, d’Abdellatif Kechiche – que le film est fort : Ely est juive, Lila, musulmane. Point. Elles vivent dans une cité. Point. Toutes ces données ne sont que des éléments du scénario parmi d’autres.

Porté par deux actrices solaires, Tout ce qui brille ne donne pas l’impression d’être un premier film. Les dialogues sonnent étonnamment juste (qualité qui fait souvent défaut aux scénarios mettant en scène des moins de trente ans) et les deux réalisateurs ont soigné leurs seconds rôles : Audrey Lamy est excellente en prof de sport surexcitée, reconvertie malgré elle en coach pour trentenaires friquées, Virgine Ledoyen et Linh-Dan Pham se montrent parfaitement crédibles en night-clubbeuses déphasées et Daniel Cohen, en quelques scènes, se révèle terriblement touchant en chauffeur de taxi temporairement renié par sa fille, mais qui persiste à l’attendre tous les jours, au petit matin, sur le parking du RER (dans une très jolie scène de réconciliation, le père prend sa fille de vingt ans par la taille et la fait danser sur ses pieds…).

Légère mais pas superficielle, Tout ce qui brille est une adorable comédie pour filles qui donne à la carrière débutante de Géraldine Nakache un goût d’affaire à suivre.

Titre original : Tout ce qui brille

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.