Select Page

Thirst, ceci est mon sang (Bak-Jwi)

Article écrit par

Thirst, ceci est mon sang, nouvelle oeuvre du génialissime Park Chan-Wook (Old Boy) est un film de vampires qui n´a rien… d´un film de vampires. Gore, sanglant, cru, drôle, mais aussi un peu trop long.

Park Chan-Wook est de retour ! Le réalisateur des génialissimes Old Boy, Sympathy for Mr Vengeance, Lady Vengeance, revient avec un film qui possède tous les ingrédients ayant fait l’originalité de ses dernières réalisations. Gore, sang, sexe, humour et tragédie sont au rendez vous.

Thirst, ceci est mon sang , raconte l’histoire d’un jeune prêtre coréen (Sang-hyun) qui se porte volontaire pour tester en Afrique un vaccin expérimental contre un nouveau virus mortel. Comme les autres cobayes, il succombe à la maladie, mais une transfusion d’origine inconnue le ramène à la vie. De retour en Corée, il commence à subir d’étranges mutations physiques et psychologiques : il devient un vampire. Le vampirisme, que certains prennent  pour une guérison miraculeuse, attire des pèlerins malades qui espèrent bénéficier de sa soi disant grâce divine. Parmi eux, un ami d’enfance qui vit avec sa mère et son épouse (Tae-ju). Sang-hyun va alors succombé au charme de cette dernière.

Quel plaisir de retrouver l’acteur fétiche du cinéaste, Song Kang-Ho (héros déjanté de Old Boy), campant ici avec virtuosité un prêtre torturé s’adonnant aux plaisirs de la chair, péché ultime de la religion catholique, doublé d’un adultère. S’il transgresse ce « dogme » divin, c’est par amour. Le couple s’aime. Mais plus leur histoire avancera, plus elle deviendra malsaine. Son amante, Tae-ju, cache sous son joli minois une très grave névrose. Une fois sa toile tissée, son machiavélisme poussera le prêtre à tuer. Par amour, Sang-Hyun est prêt à tout, même si cela va à l’encontre de ses convictions. Arrivera-t-il à le supporter longtemps ?

Prix du jury au dernier festival de Cannes, Thirst, ceci est mon sang revisite de manière très originale le mythe du vampire en l’encrant dans la vie réelle. L’atmosphère gothique et romantique, associée en Occident à l’univers vampirique, est mise de coté. Ici, pas de cercueils, d’immenses cathédrales ou de vêtements dignes de Karl Lagerfeld. Le prêtre dort dans une amoire, travaille, a sa propre vie sociale. Le seul point commun à toutes les autres histoires de vampire : le sang. Ce liquide noirâtre, véhicule de l’âme, est sublimé par le réalisateur coréen.

Park Chan-Wook est un réalisateur qui aime mettre mal à l’aise avec des scénes à la limite du suportable. Il décrit lui-même son film comme un « mélodrame érotique très déprimant et tragique ». En effet, on retrouve l’univers noir de ses précédents films (exepté Je suis un cyborg). Mais contrairement aux autres, ce dernier contient certaines longueurs pouvant faire décrocher, tout comme l’ambiance crue et violente des images peut avoir un air de « déjà vu ». Mais la scène de fin efface les imperfections passées, en mélangeant subtilement la tragédie et l’humour. Cette scène résume la vision de l’amour que Park Chan-Wook montre dans ses films : cruel, pervers et malsain. Cela n’empêche pas l’être humain d’aimer malgré tout et de pardonner.

Le dernier film de Park Chan-Wook est donc loin d’égaler Old Boy. On y retrouve les mêmes ingrédients, mais pas la même saveur, certaines longueurs ralentissant le récit. Original et sans concessions, certes, mais on préférera encore et toujours la grande Trilogie de la vengeance du cinéaste.

Titre original : Bak-Jwi

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 133 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le Mans 66

Le Mans 66

Porté par un Christian Bale meilleur que jamais, « Le Mans 66 » nous raconte la passion d’un champion de course automobile avec des moments de vérité parfois bouleversants.

Revoir Pabst

Revoir Pabst

G.W.Pabst aura inspiré deux mythes, celui de « la Divine », Greta Garbo et « Loulou », Louise Brooks, sa muse cinématographique, mais il reste un réalisateur torturé par le traumatisme de la guerre, cette blessure de l’âme
qui refuse de cicatriser…Gros plan sur deux oeuvres majeures et la version allemande de « l’opéra de quatre sous ».