Sunshine cleaning

Article écrit par

En 2005, Alan Ball mettait un point final aux cinq saisons de la série Six Feet Under, et enterrait presque avec elle la possibilité de faire mieux dans le récit de la vie d´une famille presque comme les autres, ayant la mort pour travail…

Chez les deux sœurs de la famille Lorwski, héroïnes de Sunshine cleaning, la mort est également une affaire de famille : le traumatisme du suicide de leur mère, le métier de l’amant de Rose (Amy Adams), policier de son état, qui les aiguille vers un business lucratif, le nettoyage des scènes de crime.

Chemin faisant, les deux jeunes femmes montent leur entreprise, d’abord en dilettante, puis en se pliant à un métier contraignant et rigoureux, où les règles sanitaires sont aussi drastiques que les scènes qu’elles découvrent sont chaotiques. Ici pourtant, la mort n’est en rien inspiratrice de la mise en scène comme dans la géniale série de HBO, où l’environnement de travail froid et gris façonnait un univers feutré et équivoque. Leur travail, tout d’abord présenté comme fascinant et pourtant d’une morbidité presque banale, passe rapidement au second plan, pour n’être qu’un moyen comme un autre de gagner sa vie et de regagner en dignité.

Car le véritable sujet du film est ailleurs, dans ce questionnement qui traverse la plupart des productions américaines de ces cinq dernières années : qu’à-t-on fait de ses rêves d’enfants ? De Little miss sunshine à King of California , les films américains estampillés indépendants, peuplés de bon acteurs et de scénarios très écrits, explorent l’éternelle question de la réalisation de ses rêves, de la difficulté d’y parvenir, et plus généralement de la réussite individuelle, chère à la société américaine.

Sunshine cleaning, en compétition à Deauville l’an dernier et présenté à Sundance, creuse encore le filon, puisque chacune des deux sœurs va entreprendre de remettre sa vie sur les rails, l’une grâce à sa rencontre avec une jeune femme ayant perdu sa mère, l’autre par le biais du travail, lui permettant de se racheter une image auprès des anciennes filles du lycée, aujourd’hui bien mariées et riches, tandis qu’elle élève presque seule son enfant. Faisant alterner scènes de « nettoyage » et scènes familiales et sentimentales, le scénario n’exploite qu’à peine ce sujet formidable qu’est ce travail hors du commun, et nous conduit sagement là ou il l’a décidé, vers un joli happy-end prévisible. Si le casting est impeccable, et le film malgré tout séduisant, la route vers le bonheur est balisée de scènes attendues, et nous laisse forcement déçu, avec la désagréable sensation d’avoir vu cela cent fois.

Titre original : Sunshine Cleaning

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 80 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.