Select Page

Shohei Imamura

Article écrit par

Le poète et anthropologue du cinéma japonais.

Shohei Imamura fut un des fers de la lance de la Nouvelle vague japonaise, qui bouscula le système studio d’alors par sa radicalité esthétique et thématique avec des auteurs tels que Nagisa Oshima ou Seijun Suzuki. Après diverses œuvres de commande pour la Nikkatsu, Imamura s’affirme, dès Cochons et cuirassés (1961), par son regard cru et cinglant sur le Japon d’après-guerre. Ce film et les problèmes qu’il causa au réalisateur pourraient s’apparenter à une démarche politique. En réalité, Shohei Imamura est un anthropologue féru des contradictions de la nature humaine, contradictions qu’il scrutera à nouveau sous un angle-socio historique dans La Femme insecte (1963). Ensuite, les élans sexuels et primitifs de Le Pornographe (1966) ou Profonds désirs des dieux (1968) accentueront cette dimension qui prendra une tournure plus abstraite et poétique dans les primés La Ballade de Narayama (1983) et L’Anguille (1997). La morale n’a pas prise sur ce regard non pas distant, mais sans jugement sur les comportements qu’il observe.

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré au cinéma espagnol sous le franquisme.

Réalisateur :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.