Select Page

Sexy Dance 2 (Step Up 2 the Streets)

Article écrit par

Une mise en scène << clipée >>, alourdie par une idylle pour pré-ado. Malgré le très haut niveau de danse, Sexy Dance 2 passe à côté de l´univers des Streets.

Sexy dance 2. Un titre qui laisse entrapercevoir tout un univers adolescent où la danse est l’étiquette de la « cool attitude », où les filles se trémoussent « sexy » dans leur petit haut moulant, armées de piercings au nombril, prêtent pour le front. Mise à part la féminité qui est plus hip hop que « bimbo », le compte est bon.

L’univers hip hop est riche de codes, qui constituent une culture à part entière, avec sa musique, ses tenues, sa danse ou encore son art graphique. Même les réfractaires au mouvement ne peuvent plus le contester.
Mais dans Sexy dance 2, la matière vivante du hip hop, le contact du bitume, n’est qu’un motif lointain condamné au service d’une histoire d’amour pour jeunes demoiselles, arrosée lourdement d’une morale destinée aux pré-ados en mal d’identité.

La mère d’Andie est morte, Andie est perdue et aime la danse, Andie ne va plus en cours… Mais Andie entre au conservatoire et se raccroche à une ultime phrase chargée de sens mystérieux, héritage de sa maman « Sois toi-même !». Slogan scandé tout le long du film, comme une clé de l’existence, unique chemin à suivre pour survivre en ce bas monde… Si seulement la recette du bonheur était aussi simple.

Le scénario est donc tout ce qu’il y a de plus basique, versant dans le sentimentalisme et le romantisme pour midinettes. Le prince charmant d’Andie ira même jusqu’à souligner avec clairvoyance : « Ce que je vais dire va faire guimauve.». Soit.
La mise en scène des chorégraphies rattrape-t-elle ce flot de belles paroles?
Seulement de manière très superficielle. L’univers si attrayant des « Streets », battles pour hip hopeurs de haute voltige, est survolé uniquement, et les séquences de danse, bien que très impressionnantes, sont malheureusement « clipées ». Pas de recherche de mise en scène, seulement des couleurs flashy et des mouvements de caméras académiques pour porter les exploits – car le niveau est tout de même bien là – de nos danseurs au cœur trop gros.

Titre original : Step Up 2 the Streets

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 98 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…