Select Page

Sangue del mio sangue

Article écrit par

Avec ce nouveau film, Marco Bellochio nous sème sans toujours parvenir à nous retrouver, nous laissant perdus sur le bas-coté.

Chaque été, depuis maintenant vingt ans, Marco Bellochio anime un atelier cinéma à destination des jeunes dans la petite commune italienne de Bobbio, atelier opportunément dénommé « Faire du cinéma ». A cette occasion, ses pas l’ont porté du côté de ses anciennes prisons, abandonnées depuis plusieurs décennies et donc, par essence, dotée d’une forte cinégénie. De ce lieu, qui faisait autrefois partie du couvent de San Columbano, est née l’idée de raconter l’histoire d’une nonne emmurée vivante ; un récit qui a mis longtemps à mûrir dans l’esprit du réalisateur avant qu’il ne réussisse à l’intégrer dans un long métrage, présenté cette année à la Mostra de Venise.

Le frère jumeau de Federico est enterré au cimetière des ânes. Impossible en effet pour les habitants d’un couvent d’inhumer un prêtre suicidé en terre consacrée, et qui plus est un prêtre victime d’avoir été séduit par Benedetta, une nonne. Venu pour restaurer l’honneur de sa famille, et assister au procès en sorcellerie de Benedetta, Federico va à son tour succomber à ses charmes. Des siècles plus tard, la porte de l’ancien couvent-prison s’ouvre pour Federico, charlatan représentant un soi-disant milliardaire russe venu à Bobbio pour acheter le bâtiment. Mais il loge encore un mystérieux Comte sans âge, qui semble ne sortir qu’à la nuit tombée.
 

Le synopsis a l’air limpide et le genre situé quelque part vers le cinéma fantastique et dans les deux cas, il n’en est (presque) rien. C’est peu de dire que le film de Bellochio est un puzzle, la recherche du sens est intensive et la certitude de la résolution quasi-nulle, si bien que la présente critique ne sera qu’une tentative d’assemblage. Nous sommes face à ce qui ressemble fort à une énigme. Si les deux segments ne paraissent à première vue reliés en rien si ce n’est par le lieu de l’action, il s’avère en réalité que même les personnages reviennent ; sous une autre fonction, sous une apparence différente mais ce sont bien eux. Et si le couvent est devenu (ancienne) prison, quelle que soit le changement dans la dénomination du lieu, sa vocation, elle, n’a pas réellement dévié : il y est avant tout question d’enfermement et d’isolement.

Au cours de son procès en sorcellerie, Benedetta passera, presque tranquillement, par les épreuves de l’eau, des larmes et du feu, décidés par des religieux dépositaires d’une tradition et d’une autorité séculaires condamnant la passion et par là, la vie. Elle finira emmurée vivante, deux fois prisonnière. Quelques siècles plus tard, le Comte qui est depuis le seul habitant de ces lieux, se présente comme l’éminence grise de Bobbio peuplé de Jonathan Harker version camisole de force. Parti se faire dévitaliser une canine chez un dentiste, ces deux amis dissertent sur l’évolution de la société et, chose nouvelle que les Nosferatu et autre Dracula ne nous avaient jamais dévoilé, les vampires sont, aussi, des vieux cons. Les jeunes qui font du bruit, les petits villages qui perdent leur identité, c’était mieux avant et aujourd’hui c’est la décadence. Forcément, lorsque l’on a (soi-disant) plusieurs siècles, assister au changement sans jamais changer soi-même peut entraîner la frustration ; sentir que l’on appartient à un monde voué à disparaître et que le nouveau se passe de vous, voire vous rejette, peut faire naître la tristesse. Cette sclérose, semble nous dire Bellochio, seules la jeunesse, la vie et la passion donc peuvent en venir à bout, et en briser les murs.

Il est dommage que plusieurs scènes émouvantes soient gâchées par l’usage d’une musique qui les tourne en dérision (Nothing else matters de Metallica repris par un choeur d’enfants, au secours), de même que l’on regrette que des scènes poussives de comédie, plus ridicules et embarrassantes que drôles, viennent encore déstabiliser le propos, nous perdant encore un peu plus. Alors même que nous nous étions déjà bien égarés.

Titre original : Sangue del mio sangue

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 107 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

A bigger splash

A bigger splash

A la manière de Warhol, Jack Hazan nous offre un portrait magnifique du peintre David Hockney, mais aussi de toute une époque disparue à jamais. En salles puis en DVD et Blue-Ray.

Le ciel est à vous

Le ciel est à vous

Cinéaste du prolétariat urbain avec sa conscience de classe, Jean Grémillon s’identifie à son public qui lui-même se personnifie dans les acteurs populaires. Le peuple devient le seul acteur porté par un même élan. Son oeuvre est parcourue par l’exercice d’un tragique quotidien où le drame personnel côtoie la grandeur surhumaine des événements. Focus sur la ressortie 4K du “Ciel est à vous”.