Riparo

Article écrit par

Entre critique sociale et manifeste amoureux, « Riparo » suit le fil prévisible d´un scénario ordinaire sur trois marginaux de ce monde. Marco Simon Puccioni réunit dans << l´abri >> (traduction française du titre italien) un couple de femmes homosexuelles et un clandestin, tous trois en quête d´un passeport vers le bonheur, en fuite dans un champ bardé d’épis.

De retour de vacances en Tunisie, un couple de femmes italiennes découvre un jeune homme qui a passé la frontière dans le coffre de leur voiture et rêve de faire fortune en Europe. Ainsi amorcé, le scénario se développe selon un axe sans surprise, décliné sous trois angles : la relation amoureuse féminine, le périple d’un sans-papiers, les différences de classes sociales.

L’inégalable Maria de Medeiros interprète une femme à la direction de l’usine familiale, venant en aide auprès de ses deux protégés : sa compagne (Antonia Liskova), employée à la fabrique de chaussures et menacée de licenciement, et le jeune Marocain (Mounir Ouadi) qui a croisé sa route et qu’elle héberge. Trois personnalités à part qui expérimentent avec amertume et énergie les limites de leur destin.

L’histoire, centrée autour des trois personnages, permet un multiple jeu de miroirs et de face-à-face, toujours binaire. L’adolescent marocain face au couple d’Italiennes, ravi d’intégrer le cocon qu’elles ont soigneusement constitué autour d’elles. Son désir impossible pour l’une des deux amantes. La jeune femme aisée, dotée d’argent et de pouvoir, face à l’injustice de la condition difficile de ses deux amis. L’équilibre à deux tend vers l’instabilité en trio et le film conduit ce schéma jusqu’à l’éclatement, malgré les efforts des protagonistes. A moins que rien ne tienne debout dans la société ainsi faite.

On aurait aimé plus de profondeur dans les situations, qu’elles soient sociales ou amoureuses, plus d’originalité dans la mise en scène et le déroulement du récit. Il est parfois curieux de penser d’un film qu’il est « juste » bon, ni excellent, ni mauvais. En voici un exemple. On se laisse prendre par l’histoire et le jeu des acteurs le temps du film, et c’est tout. C’est bien pensé, bien réalisé, bien joué, sans plus. On n’a rien appris de nouveau, on n’a pas été transporté, ni ébloui.

Titre original : Riparo

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 98 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.