Richard Fleischer

Article écrit par

Cette semaine, le Coin du cinéphile se penche sur un homme qui savait tout faire.

La politique des auteurs, figure de proue des jeunes turcs des Cahiers du Cinéma, aura grandement contribué à la reconnaissance de metteurs en scène dont on put dégager la singularité à travers un univers, des thématiques et motifs visuels récurrents. Si cette approche fut un salut pour un Hitchcock, injustement rangé parmi les amuseurs honnêtes par la critique américaine, elle fit un grand tort à d’autres grands réalisateurs comme Robert Wise ou celui qui nous concerne aujourd’hui, Richard Fleischer.

Fleischer est tout l’inverse d’un auteur dans le sens péjoratif du terme, c’est-à-dire voyant le film comme un véhicule permettant de se mettre en avant au-delà de ce qu’il y a à raconter. Au contraire, Fleischer, élevé à la dure école de la série B à la RKO, y aura appris à emballer ses histoires avec la plus grande efficacité, les budgets microscopiques l’obligeant à aller à l’essentiel et sans fioritures. Il y développera cet art du conteur où tous les efforts seront mis au service de l’histoire qui doit être servie du mieux possible et derrière laquelle il doit s’effacer. Cette méthode paiera dès ses années d’apprentissage avec des classiques du polar comme L’Énigme du Chicago Express (1952) ou Armored Car Robbery (1950). Il ne fonctionnera pas autrement lorsque les budgets seront ceux des superproductions de studio, naviguant entre des genres aussi divers que la SF alarmiste (Soleil vert, 1973), le péplum humaniste (Barrabas, 1962) ou l’aventure adaptée de Jules Verne (Vingt mille lieues sous les mers, 1954). L’ego n’a guère d’importance si le résultat est là et quand un John Huston jette l’éponge durant un tournage à cause de sa bouillonnante star George C. Scott, Fleischer reprend le relai, s’adapte et signe un grand polar crépusculaire avec le superbe Les Complices de la dernière chance (1971). Et lorsqu’il creusera le même sillon dans sa trilogie consacrée au serial killer (Assassin sans visage, 1949 ; L’Étrangleur de Boston, 1968 ; L’Étrangleur de la Place Rilington, 1971), cette inventivité mettant en valeur le récit de la manière la plus adéquate éclatera au grand jour dans une recherche formelle toujours à bon escient. Pas un auteur ni un faiseur, juste un très grand cinéaste.

Bonne lecture avant le dernier Coin du cinéphile de la saison consacré à Krzysztof Kieślowski.

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.