Select Page

Rencontre avec Lola Creton et Adèle Haenel

Article écrit par

Rencontre cannoise avec les actrices du film « En ville » de Valérie Mréjen et Bertrand Schefer en salle cette semaine.

Premier long-métrage de fiction pour la vidéaste Valérie Mréjen (Valvert), et aussi première co-réalisation avec Bertrand Schefer, le film En ville sort cette semaine sur les écrans après une présentation en mai dernier à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Le film est l’histoire d’une adolescente de seize ans qui passe à l’âge adulte lors d’une rencontre décisive avec un photographe plus âgé. Entre insouciance et sensualité, on y découvre deux nouveaux talents du cinéma français : Lola Creton et Adèle Haenel. Une brune, timide et rock’n’roll, une blonde dynamique et belle, le duo perce l’écran en meilleures amies qui se laissent aller à leurs envies, leurs pulsions. Voici l’interview qu’elles nous ont accordée sur la plage de la Quinzaine des réalisateurs.

Qui êtes-vous dans le film ?

Adèle Haenel : Mon rôle dans le film est celui d’Isabelle, c’est la meilleure copine délurée et sympathique, insouciante d’Iris. Quand j’ai passé le casting, Valérie (Mréjen, la réalisatrice) m’a demandé si je préférais le rôle de Lola. Mais non, je ne me voyais pas du tout dans ce rôle là, je n’avais pas cette énergie. Par contre le rôle d’Isabelle m’a tout de suite plu, on pouvait rigoler, dire des bêtises.

Lola Creton : En fait je suis un plan B quoi !

Adèle : Je n’étais pas en train de dire ça. C’était une forme de communication, je n’aurais pas eu le rôle de toute façon. J’ai bien fait de dire que je ne voulais pas… (Rires).

Lola :
Je joue Iris. Elle ne sait pas où elle, elle n’est pas bien dans ce qu’elle est, elle est intelligente, observatrice. (Silence). Elle cherche un moyen pour sortir de son quotidien. La rencontre avec le photographe va l’emmener dans un moment difficile de sa vie.

 

Adèle Haenel et Lola Creton

 

Ambiance de tournage ?

Adèle :
On s’est rencontrées dans le train. C’était un enjeu car les premières scènes que l’on a faites étaient en boite de nuit, c’est bizarre. On s’était vue un peu avant, vaguement, du coup, c’était un enjeu d’avoir une connivence tout de suite. Ça s’est extrêmement bien passé ! Le premier jour j’étais angoissée mais on a bien ri, je crois que quelque chose s’est passé entre nous.

 

Premier grand rôle ?

Lola : Non. J’étais la femme de Barbe Bleue, de Catherine Breillat. J’ai fait Un Amour de jeunesse de Mia Hansen-Løve.

 

Cela vous fait quoi d’être à Cannes ?
Adèle : Je suis tellement contente que le film soit à Cannes. Je l’ai trouvé très puissant, honnête, drôle. Il y a de vraies scènes de comédie. Très contente donc, très fière aussi d’avoir participé à ce film. Je trouve ça très juste.
Lola : moi aussi, vraiment. Très fière.
Adèle Haenel joue aussi dans L’Apollonide – Souvenirs de la Maison Close (sortie prévue le 21 septembre) de Bertrand Bonello. Âgées de 17 ans pour Lola, 22 ans pour Adèle, elles assument leur féminité et leurs atouts auprès des hommes. Affaire à suivre. Les réalisateurs, Valérie Mréjen et Bertrand Schefer, ont profité de Cannes pour travailler, rencontrer… Pour eux, « plusieurs vitesses se forment à Cannes, c’est émouvant de voir tout cela à un même endroit. C’est drôle aussi de voir Alain Cavalier et Pirates des Caraïbes programmés dans le même festival… ».
Propos recueillis à Cannes en mai 2011.
Photos Laetitia Lopez


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…