Select Page

Quel choix ?

Article écrit par

 » Dos à dos et sans merci, tu as le choix des armes ou celui des larmes. Penses-y, penses-y « 

Ce mercredi 9 mai 2012 sort dans les salles françaises Dark Shadows, le quinzième film de Tim Burton ; sa huitième collaboration avec Johnny Depp si, taquin, on compte Les Noces funèbres (2004). Depuis Charlie et la Chocolaterie (2005), il s’agit bien là du cinquième long métrage de suite qui associe le réalisateur à l’acteur de ses plus beaux succès des années 1990 (Edward aux mains d’argent (1990), Ed Wood (1994) et Sleepy Hollow (1999)). Le Coin du cinéphile s’est d’ailleurs déjà penché il y a quelques semaines sur le cas Tim Burton dans le cadre de l’exposition à la Cinémathèque française et la conclusion sur ses pauvres années 2000 était sans appel. Quoi qu’il en soit, le jour de la sortie de Dark Shadows, la vraie question n’est pas de savoir s’il faut se rendre en salle voir cette comédie « gothique et déjantée » – dixit 20 minutes et tous les arrêts de bus et de métro de France – mais plutôt de se demander si nous avons le choix de ne pas y aller. Pouvons-nous ne pas voir le dernier film de Tim Burton et Johhny Depp ?

La semaine dernière, 545 copies d’American Pie 4 et plus de 300 de Dépression et des potes arrivèrent dans les salles françaises contre une vingtaine de Walk Away Renée et une dizaine du film de Xiaoling Zhu, La Rizière. Il ne s’agit pas ici de stigmatiser les grosses distributions en salles (la rock-star Avengers n’aura sans doute pas de mal a être vu et tant mieux) mais de se demander si l’on choisit bien toujours, ne serait-ce qu’un tout petit peu, les images qui viennent bouger devant nous. Si on ne choisit pas les affiches des arrêts de bus, choisit-on la salle dans laquelle on entre ? Dark Shadows, le jour de sa sortie nationale, sera visible sur près de 350 écrans. Dans le même temps, l’un des films de la semaine que l’on souhaite le plus défendre, Disparaissez les ouvriers !, le sera dans seulement deux. Quelle chance pour ces films d’être vus et quel choix pour les spectateurs ? Dans six mois le dernier Tim Burton sortira en DVD, dans une grosse année il sera sur Canal + et il se trouve peut-être déjà sur internet. Quand il suffit d’ouvrir les yeux, ne pas voir Dark Shadows ne serait-ce pas faire preuve de mauvaise volonté ? Quand les panneaux publicitaires seront bientôt pris d’assaut par Ridley Scott, Christopher Nolan, Jacques Audiard et Men in Black III, où voir le reste ?


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.