Select Page

Pirates des Caraïbes : la fontaine de jouvence

Article écrit par

Johnny Depp assure toujours le show, mais pour la première fois les pirates déçoivent. Attention à la mutinerie !

Elizabeth Swann/Keira Knightley jouant les femmes au foyer sur une île déserte, attendant le retour du travail de son cher mari tous les dix ans, il fallait après trois épisodes rondement menés de nouveaux compagnons de routes (maritimes) au capitaine Jack Sparrow. La recherche de la fontaine de jouvence est donc le prétexte à la rencontre de nouveaux personnages : exit les Chinois sanguinaires au profit d’Espagnols très pieux, bienvenue aux sirènes et au curé, et surtout au légendaire Barbe Noire et à une ancienne conquête de Sparrow, Angelica sous les traits de Penélope Cruz, atout charme du film (?).

Pas de grandes modifications dans la franchise donc, mais un risque majeur, celui de la redistribution des rôles. Beaucoup de départs à la fin du troisième épisode. Le couple Bloom/Knightley qui, sans être révolutionnaire, apportait du piquant à l’histoire se voit remplacé par un binôme curé/sirène (Sam Clafin et la française Astrid Berges-Frisbey, déjà croisée dans Un barrage contre le Pacifique ou plus récemment dans La Fille du puisatier) qui n’aurait pas été dénué de charme si les rôles n’étaient pas d’une cucuterie au-delà de l’insipide. Parmi les autres nouveaux venus, le mythique Barbe Noire n’effraierait pas un enfant de cinq ans – c’est peut-être le but cela dit – et n’est qu’une bien fade copie du Davy Jones des précédents opus et Penélope Cruz, vraie nouvelle intronisation du film, assure son show d’hispanique à Hollywood sans trop se fouler là où son rôle truffé de faux-semblants et l’évocation de son passé avec Sparrow auraient mérité d’être mieux exploités.


Pirates à la dérive

 
Mais le plus inquiétant est le départ de Gore Verbinski, réalisateur des trois premiers épisodes, au profit de Rob Marshall, auteur certes de Chicago, mais aussi de Nine. Adieu donc les visions surréalistes qui faisaient le sel de Pirates des Caraïbes (et dont on peut encore largement trouver la trace dans Rango du même Verbinski) pour une approche bien plus sage, trop sage. A la débauche d’effets – de style autant que spéciaux – joyeusement pompière et enlevée, succède une réalisation fade, quasi mollassonne qui n’est pas vraiment aidée par un tournage en 3D. Mal et finalement peu utilisée, la 3D fait véritablement perdre de son efficacité visuelle au film. Excepté pour quelques détails sensationnalistes (une main s’approchant, des flammes qui viennent léchouiller l’écran), son aspect immersif est totalement omis par le film. Un non-sens et une déception sachant qu’il a été en partie tourné en décors naturels, on était curieux de découvrir le rendu 3D des paysages dans un film de grand spectacle. Pour cela, il faudra repasser.

Heureusement, il reste à Pirates des Caraïbes son atout majeur : son personnage principal et son acteur. Comme à l’accoutumée, l’histoire est un spectre lointain qui offre une direction au film, un prétexte au cabotinage. Et en cabotinage, Johnny Depp s’y connaît. L’un des grands plaisirs de la série tient à sa gesticulation tant gestuelle que verbale : Jack Sparrow meuble l’écran de ses courses et palabres désarticulées. En vraie portée comique depuis le début de la saga, il apparaît essentiellement comme un personnage a-narratif qui interrompt continuellement l’action par un babillage inutile et souvent sans effet, ou la ralentit par des gestes qui le placent délibérément hors de la nécessité de ladite action. Pirates des Caraïbes marque l’érection d’un personnage secondaire comme point focal du film, l’adjuvant qui rabat la couverture sur lui et laisse les héros dans l’ombre. L’histoire d’amour gentiment niaise est certes un moteur de l’action depuis La Malédiction du Black Pearl (2003), mais passe au second plan, noyée par l’agitation et la logorrhée quasi allenienne de Johnny Depp. Miser sur un pirate décati à la dégaine d’une prostituée renversée par un bus n’était pas sans panache.

S’il ne parle plus à une cacahuète, ni ne tombe amoureux d’une chèvre (Pirates des Caraïbes : jusqu’au bout du monde), notre fier pirate n’en vit pas moins des relations tumultueuses. On pense ici moins à la vague romance avec Penélope Cruz qu’au grand amour de sa vie : son ennemi préféré le capitaine Barbossa (Geoffrey Rush) qu’il appelle même par son petit nom – Hector – dans ce nouvel épisode. Comme un vieux couple, ils ne peuvent guère se passer l’un de l’autre et donnent au film ses meilleurs moments. C’est tout juste suffisant pour sauver le navire de la noyade. Hey ho, hey ho, il est peut-être temps de partir à la retraite.

Titre original : Pirates of the Caribbean: On Stranger Tides

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 140 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.