Select Page

Nord

Article écrit par

Avec ce snow-movie thérapeutique et terriblement touchant, Rune Denstad Langlo intègre le clan des cinéastes scandinaves maîtres dans l´art de la pensée faussement négative.

Du blanc à perte de vue. Une station de ski déserte. Au bas des remonte-pentes qu’il a pour tâche de surveiller, Jomar, fraichement largué, incapable de faire le deuil de ses années de gloire comme skieur professionnel, végète et s’empâte. Ses journées se suivent et se ressemblent – bière, cigarette et émissions catastrophes sur le câble – jusqu’à ce qu’un vieux pote lui apprenne l’existence d’un fils, quelque part au nord du pays.

Passé le choc de la nouvelle – il abat un arbre pour se calmer, s’imbibe un peu plus que d’habitude, fout le feu à sa cabane – Jomar enfourche sa moto-neige et part en quête de sa progéniture. En chemin, il rencontre une ado têtue, prête à l’héberger dans son placard à condition qu’il l’accepte comme « meilleure amie », un grand blond détenteur d’une méthode infaillible pour se saouler en un temps record (attention, scène culte), un vieil homme enchaîné à la glace en attendant la fonte des neiges et d’autres solitudes pas forcément mieux loties, qui lui enseigneront comment faire de mauvaise fortune bonheur.

Il y a quelque chose de magique à observer ce doux géant en Moon boots (magnifiquement joué par Anders Baasmo Christiansen) avancer à tâtons vers une nouvelle vie on ne peut plus hypothétique. Rien n’est jamais grave, tout est envisageable dans ce poème contemplatif. Même la dépression chronique des personnages – soulignée par la rareté des dialogues – est abordée avec ce qu’il faut de finesse et d’impertinence pour ne jamais tomber dans le pathos ou la caricature.

Avec ce snow-movie thérapeutique et terriblement touchant, le Norvégien Rune Denstad Langlo intègre avec brio le clan des documentaristes passés à la fiction et rappelle combien les cinéastes scandinaves sont maîtres dans l’art de la pensée faussement négative.

Titre original : North

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 78 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.