Select Page

Mukhsin

Article écrit par

Il s´agit de mon dernier jour de compétition officielle. Moment toujours un peu particulier, celui-ci est miraculeusement accompagné par les rayons du soleil. Animant enfin les terrasses de café, il libère les envies et assoiffe les découvertes. Conscient d´assister, quoi qu´il arrive, à une séance stimulante, je me cale dans un des fauteuils de la […]

Il s´agit de mon dernier jour de compétition officielle. Moment toujours un peu particulier, celui-ci est miraculeusement accompagné par les rayons du soleil. Animant enfin les terrasses de café, il libère les envies et assoiffe les découvertes. Conscient d´assister, quoi qu´il arrive, à une séance stimulante, je me cale dans un des fauteuils de la salle 11. Le test des sous-titres se termine et le film peut commencer.

Mukhsin, de Yasmin Ahmad raconte non sans tendresse le premier amour de deux jeunes adolescents dans la Malaisie d´aujourd´hui.
La rencontre entre Orked, jeune fille de 10 ans un peu farouche, garçonne mais épanouie et Mukhsin, garçon de 12 ans beaucoup plus réservé et déchiré, permet à la réalisatrice de livrer une histoire fragile dans la langueur d´un été entre balades à vélo, lancers de
cerfs-volants, parties de foot où la découverte des premiers émois amoureux se confond dans la réalité sociale de deux familles.

D´une cohérence visuelle indéniable, Yasmin Ahmad arrive à filmer ce double regard en proposant une galerie de personnages très bien croqués (les parents d´Orked sont à ce titre drôles et émouvants, volant presque la vedette aux deux jeunes amoureux). Si la description des deux jeunes est donc réussie, il n´en va pas de même concernant leur relation. Celle-ci, sans être ratée est convenue, prévisible et un peu répétitive. L´enchaînement des situations dans la spécificité d´un décor à la volupté douce, fait de ce long métrage une invitation à l´insouciance et à l´errance du coeur. En ne créant pas de coupure entre le monde des enfants et celui des adultes, la réalisatrice esquisse l´importance des liens transgénérationnels et englobe sa romance estivale dans une sociologie plus complexe. Outre l´histoire d´amour qui prend forme, des sujets aussi forts que la jalousie, la polygamie ou la mort sont abordés. Si l´ensemble reste esquissé, il est intéressent de constater l´universalité de tous ces sujets. Le rapport à la religion, à la mort ou bien au mariage n´est pas traité sous l´angle culturel, mais sert uniquement de toile de fond au vrai sujet de film : la rencontre entre une jeune fille et un jeune garçon que tout sépare (caractère, classe sociale, environnement familial), mais qui finissent par s´aimer, d´un amour tendre et protecteur.

Film poétique et intense, je suis pour la troisième fois séduit par la programmation et le niveau des films que j´aurai eu le privilège de suivre.

Titre original : Mukhsin

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 94 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.