Select Page

Miyazaki, l’enchanteur

Article écrit par

Talentueux artisan de l´animation, Miyazaki est aujourd´hui reconnu comme étant un véritable auteur, au même titre que Hitchcock ou Kubrick, intégrant à chacun de ses films des thèmes et figures récurrents tels que l´écologisme ou la dénonciation de la guerre. Réalisateur, scénariste, animateur, ce conteur de génie a su, au gré de sa filmographie, constituer un univers merveilleux fourmillant de mille détails enchanteurs et dont nos deux auteurs se proposent ici d´en décortiquer le contenu.

La première partie du livre, écrite par Vincent-Paul Toccoli, aborde principalement la dimension spirituelle de l’œuvre de Miyazaki. L’auteur y met notamment en rapport les films du réalisateur avec des mythes occidentaux et des légendes japonaises, dont les récits trouvent écho dans le scénario de plusieurs des réalisations du maître. Un chapitre est d’ailleurs consacré à l’étude comparative du mythe d’Orphée et du dessin animé (ainsi que du manga éponyme) Nausicaa, de la vallée du vent . Soulignant aussi le caractère messianique du personnage de Nausicaa, il établit des similitudes entre cette dernière et le Christ. Il y évoque également la similitude formelle entre les métrages du réalisateur nippon et les contes, ce qui leur confère une universalité malgré des références culturelles et historiques typiquement japonaises. VP.Toccoli nous instruit aussi du Bouddhisme et du shintoïsme, de la façon dont ce dernier est ancré dans la culture japonaise et à la manière du judéo-christianisme en occident, comment les valeurs en imprègnent jusqu’à l’inconscient les habitants de l’archipel, et donc Miyazaki lui-même.

     

La seconde partie de l’ouvrage, de la main du deuxième auteur, Gersende Bollut, concerne principalement trois des films du réalisateur, a savoir Mon voisin Totoro, Princesse Mononoké et Nausicaa de la vallée de vent . Il est ici d’avantage question du travail artistique effectué par Miyazaki, l’auteur y décortiquant certaines scènes pour mettre en lumière des éléments, sonores, dramatiques, de mise en scène etc… Cette approche lui permet de nous montrer comment l’aspect technique supporte et transcende les thématiques chères au réalisateur, permettant à ce dernier de sensibiliser ses spectateurs aux maux inhérents de notre société. L’auteur y traite bien entendu de l’absence de manichéisme, des infantes, l’importance que revêt l’enfance aux yeux du conteur japonais ou encore le marxisme.

La première partie du livre, très analytique, présente des développements intéressants tout comme les explications liées à la société japonaise et au Shinto, qui nous font voir certains éléments des films du réalisateur japonais sous un jour nouveau. Cependant, V.P.Toccoli fait ici beaucoup de citations et de références à d’autres auteurs, lesquelles ont parfois tendance à nous éloigner du sujet premier de l’ouvrage et dont l’utilité me parait discutable. Pour ce qui est de la deuxième partie, Gersende Bollut y explore de façon assez complète les thèmes du réalisateur et les personnages des trois films concernés (Princesse Mononoké, Mon voisinTotoro et Nausicaa). D’autre part il est dommage, surtout en ce qui concerne cette deuxième partie où l‘auteur y analyse la charte graphique particulière aux films du réalisateur, que le livre ne contienne aucune illustration extraite des films étudiés.

En résumé, ce livre, loin d’être un ouvrage indispensable offre des pistes de réflexion intéressantes dans sa première partie et le travaille de Hayao Miyazaki y est bien présenté dans la seconde. Cependant de par sa forme même, ce livre ne permet pas d’aborder tous les aspects ayant trait au travail du réalisateur. L’achat de ce livre est donc d’un intérêt limité, d’autant qu’un nombre ( non négligeable ) des lignes qui le composent sont tirées du site internet dédié au studio Ghibli « Buta-connection ».

Miyazaki l’enchanteur
Rédigé par Vincent-Paul Toccoli et Gersende Bollut, ce livre, paru aux Editions Amalthée, est composé de deux études (une pour chaque auteur)
consacrées au réalisateur japonais Hayao Miyazaki.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi