Select Page

Masaki Kobayashi

Article écrit par

Masaki Kobayashi occupe sans conteste une place privilégiée parmi les très grands réalisateurs du cinéma classique japonais, aux côtés de Kurosawa ou Mizoguchi.

Unanimement célébré à l’époque de ses plus grands films (Prix du jury à Cannes en 1963 et 1965 pour Kwaidan et Hara-Kiri, Prix de la presse à Venise en 1967 pour Rebellion), Masaki Kobayashi est pourtant un cinéaste relativement oublié aujourd’hui, sorti du cercle des cinéphiles amateurs de culture nippone. Le réalisateur eut en effet le malheur d’atteindre son apogée artistique au moment où le système des studios japonais s’écroulait. Cinéaste méticuleux, aussi intraitable qu’un Kubrick, il se vit donc contraint de produire ses films suivants en indépendant, de manière de plus en plus confidentielle.

Kobayashi fut un des plus grands critiques de la société japonaise de son époque. Ayant connu l’enfer de la guerre, il avait vu les excès néfastes dont ses concitoyens étaient capables. Cette expérience le marqua profondément et imprègne une œuvre sans concession et engagée. Pour ce Coin du cinéphile, la tyrannie féodale de Rebellion et d’Hara-Kiri fera écho aux soubresauts de la société japonaise d’alors. Le polar Rivière Noire s’ornera de préoccupations sociales tandis que la fresque fleuve La Condition de l’homme fera figure de manifeste de la pensée de Kobayashi. Enfin, le film de fantôme Kwaidan (source d’inspiration de toute la vague Ring et consorts) fera la démonstration de l’incroyable maîtrise formelle et évocatrice du réalisateur.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré au plus subtil des maîtres américains de l’âge d’or, Joseph L. Mankiewicz.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…