Select Page

L’Homme du peuple

Article écrit par

<< Mais les chantiers, c'est là que bat le coeur de la Pologne ! >> *

Andrzej Wajda célèbre ses noces de diamant avec le cinéma. En effet, 60 ans séparent désormais le tournage de son premier film, Génération, en 1954, de la sortie en salles françaises de L’Homme du peuple (L’Homme d’espoir en polonais), en 2014. Au-delà de cette longévité admirable, la Pologne et ses luttes émancipatrices, toujours, decorum immuablement présent dans son œuvre, et dont la réception politique ne nous a jamais semblé aussi intelligible que par ce biais. Son 35e film, L’Homme du peuple, est consacré à la naissance du militant puis homme politique Lech Wałęsa, leader syndical devenu Président de la République entre 1990 et 1995 qui a, par son intuition et son pragmatisme politique, démystifié les relations de pouvoir et permis, au fil de luttes victorieuses, de libérer son pays du joug du communisme soviétique.

Fonctionnant selon des flashes back et un entretien reconstitué entre Lech Wałęsa (incarné avec un mimétisme confondant par Robert Więckiewicz) et la journaliste italienne Oriana Fallaci (Maria Rosaria Omaggio), L’Homme du peuple dépeint l’ascension du charismatique électricien de Gdańsk depuis le 14 décembre 1970, date à laquelle les ouvriers des chantiers navals de Gdańsk se mirent en grève en opposition à l’augmentation des prix des denrées alimentaires, jusqu’au 15 novembre 1989, 6 jours après la chute du Mur, lorsque Lech Wałęsa lut un discours et déclama son fameux « Nous, le peuple » devant les membres du Congrès des États-Unis. Entre-temps, les évènements d’août 1980, pour les mêmes raisons que celles de 1970, que Wajda a pu suivre au cœur depuis le vase-clos de ces mêmes chantiers navals de Gdańsk (en résultera L’Homme de fer en 1981), des grèves de solidarité qui pullulent dans tout le pays, le gouvernement qui doit céder et enfin, la fondation par Lech Wałęsa et Anna Walentynowicz du syndicat libre Solidarność, dont nous célébrons cette année le 25e anniversaire.

  

 

Hagiographique de par son intention même, L’Homme du peuple fait pourtant un portrait contrasté de Lech Wałęsa, homme humble, roublard et déterminé, constamment partagé entre sa croix et sa famille, sa femme Danuta (Agnieszka Grochowska) et ses enfants, auxquels il doit en permanence renoncer. Aussi, si la beauté inventive et romantique n’est certes plus celle de ses premiers films (Génération, 1955 ; Ils aimaient la vie, 1957 ; Cendres et diamant, 1958), davantage liés à la Pologne de la Seconde Guerre mondiale, la fraîcheur demeure toutefois intacte au regard des deux autres films formant la trilogie de l’Homme, L’Homme de marbre (1977) et L’Homme de fer (1981). Si L’Homme de marbre, retour sur film des années du stalinisme, sut rester didactique afin de pas être morcelé par la censure, L’Homme de fer fut lui cathartique, autant pour les ouvriers de Gdańsk, qui se le sont totalement accaparés, que pour Wajda, qui a longtemps regretté de n’avoir pas plus tôt « reflété le climat et exprimé les espoirs » (1) de son pays. L’Homme du peuple, procédant du même découpage clairvoyant et optimiste, entre images d’archives et fiction reconstituée (2), voit enfin la mise en perspective de tous les belligérants engagés dans ce conflit long de deux décennies complétée : pouvoir en place, milice, opposition, URSS, Vatican – en plein engouement populaire depuis l’élection du pape Jean-Paul II en 1978.

À ce titre, il va sans dire que seul Andrzej Wajda aurait aujourd’hui pu réaliser ce montage, de par son expérience, tutélaire, ses fonctions associatives et institutionnelles assumées et surtout, de par sa connaissance intime et parfaite des évènements. Film rock et jovial de par sa bande originale, L’Homme du peuple, s’il a déjà fait l’objet de critiques en Pologne en raison de sa lecture univoque et de l’amitié liant Wajda et Wałęsa, n’en demeure pas moins une œuvre de transmission revendiquée, à la fois commémorative et dédiée à la jeune génération, celle qui n’a plus de combats aussi justes à porter mais qui, à défaut, doit comprendre et surtout mesurer la grandeur de ceux remportés par leurs aïeux.

* Le journaliste Winkel (Marian Opania) dans L’Homme de fer (1981).
(1) Klaus Eder, Klaus Kreimeir, Maria Ratschewa, Bettina Thienhaus, Andrzej Wajda, L’Atalante, 1980, p.89.
(2) Signalons à ce propos l’emploi de propres films de Wajda, L’Homme de fer et L’Homme de marbre, ainsi que de raccords opérés entre eux et L’Homme du peuple.

Titre original : Walesa. Czlowiek z nadziei

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 128 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.