Select Page

Les petits pas des danseurs au cinéma

Article écrit par

Quand l´Opéra entre par la petite porte du cinéma…

Dans nos salles obscures, il est habituel de voir des films, de moins en moins souvent des courts métrages. Surprise : on y trouve à partir du 30 septembre de l’opéra et du ballet. Le confort des sièges et la qualité de l’image n’ont pas échappé à MK2 qui propose dans ses salles parisiennes équipées d’une réception satellite tout un programme en danse.

C’est le théâtre du Bolchoï, le « Grand Théâtre » de Moscou rouvert l’année dernière qui débarque au MK2 Nation ce dimanche 30 septembre avec La Sylphide, pour environ deux heures. De l’honneur et du prestige, de la rigueur et de la fierté, la troupe des danseurs du Bolchoï sera en représentation depuis Moscou vers Paris. Les avantages de ce genre d’évènements en salles obscures sont nombreux : une place de cinéma coûte moins cher qu’une place à l’opéra, il faut compter entre 22 et 29 euros la séance. Amateurs ou curieux découvriront quelques-uns des plus beaux ballets classiques et plateaux de danse : le Bolchoï mais aussi le Metropolitan Opera de New York ou le Nederlands Dans Theater. L’envie de proposer aux spectateurs de cinéma plus de services et d’attentions n’est pas nouvelle. L’opéra au cinéma, c’est un spectacle en direct ou en différé, une interséance avec traiteur et rafraîchissements. Finalement, du cinéma il ne reste que l’écran et les sièges !

La saison s’ouvre donc ce dimanche 30 septembre avec La Sylphide – du ballet romantique créé à l’Opéra de Paris – par la troupe du Bolchoï. C’est à 17h00 au MK2 Nation, en direct. À suivre, les incontournables Casse-noisette (dimanche 16 décembre) et Le Lac des Cygnes (dimanche 21 octobre). Le samedi 13 octobre en simultané au MK2 Bibliothèque, MK2 Quai de Seine et MK2 Odéon, L’Élixir d’Amour de Donizetti sera présenté.

Un avant-goût en salles de l’opéra et du ballet, jusqu’au 30 mai 2013.

Retrouvez la programmation ici


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.