Select Page

Les Arcs 2019 : Isabelle Huppert, Houda Benyamina, Guillaume Nicloux, Gaspard Ulliel et d’autres invités pour un festival au sommet

Article écrit par

Jusqu’au 21 décembre, les Arcs Film Festival est l’événement cinéma et musique marquant de cette fin d’année.

Pour sa 11e édition, les Arcs Film Festival ouvre ce soir ses portes jusqu’au 21 décembre avec plus de 120 films sélectionnés par l’excellent directeur artistique Frédéric Boyer. En plus d’être un festival brillant dans sa programmation, axée cette année sur la Finlande et les Pays Baltes, les Arcs, c’est un ensemble de concerts et de moments dédiés à la musique, des rencontres le Sommet, de courts métrages, de talks, un green Lab et un programme Femmes de cinéma. Alors pour tout savoir comme si vous y étiez, voici le détail de cet événement immanquable pour les cinéphiles, en fin d’année.

Des avant-premières prestigieuses

En plus des compétitions, l’immense avantage d’aller en Festival, c’est d’avoir la chance de découvrir des longs métrages en avant-premières. Et cette année aux Arcs, les films présentés sont alléchants. A commencer par le film d’ouverture, Les Traducteurs de Regis Roinsard sur neuf traducteurs isolés pour traduire le dernier tome d’un des plus grands succès de la littérature mondiale. Autre film qui nous attire, Selfie de Thomas Bidegain et Marc Fitoussi, avec Blanche Gardin, Elsa Zylberstein, Manu Payet, Max Boublil, Finnegan Oldfield… Une comédie qui semble très réussie, verdict après projection ! Woman, de Yann Arthus Bertrand, un projet international qui donne la parole à 2000 femmes dans plus de 50 pays. Voir le jour de Marion Laine avec Sandrine Bonnaire, sur une auxiliaire dans une maternité de Marseille. Mes jours de Gloire d’Antoine De Bary avec Vincent Lacoste, sur le choix d’un jeune acteur qui est ruiné, entre sa carrière et une histoire d’amour. Et parmi cette sélection, on retiendra aussi Deux de Filippo Meneghetti, l’histoire de Nina et Madeleine deux retraitées, qui sont amoureuses, qui vivent chacune de leur propre appartement jusqu’au jour où tout bascule…

120 films européens avec la Finlande et les Pays Baltes au programme

Le jury long-métrage, composé du président du jury Guillaume Nicloux (La Religieuse, L’enlèvement de Michel Houellebecq, Les Confins du monde), avec à ses côtés, Santiago Amigorena (scénariste, réalisateur, auteur), Ildiko Enyedi (réalisatrice et artiste, Corps et Âme), Nina Hoss (actrice) et Atiq Rahimi, vont devoir départager les 10 longs métrages en Compétition. A Thief’s Daughter de Belen Funes (Espagne), l’histoire compliqué entre Sara et son père, Atlantis de Valentyn Vasyanovych (Ukraine) sur l’histoire entre un vétéran et une jeune volontaire à l’exhumation des cadavres de guerre, Benni de Nora Fingscheidt (Finlande) sur une enfant de 9 ans qui a du mal à gérer sa violence, Echo de Runar Runarsson (Islande, France, Suisse), 56 scènes sur la société moderne islandaise, Instinct de Halina Reijn (Pays-Bas) l’amour impossible entre une psy et un déliquant sexuel, Invisibles de Ignas Jonynas (Lituanie, Lettonie, Ukraine) sur le destin d’un danseur qui se prétend aveugle et devient star de TV, Lara Jenkins de Jan-Ole Gerster (Allemagne) sur une femme le jour de ses 60 ans, Lynn + Lucy de Fyzal Boulifa (Royaume Uni, France), sur une amitié mise en péril, O Fim Do Mundo de Basil Da Cunha (Suisse) sur un jeune homme que la vit bouscule ou encore Rocks de Sarah Gavron (Royaume Uni) sur une jeune femme qui perd sa mère et qui se réfugie dans sa famille de meilleures amies. Une sélection plutôt sombre, avec des thématiques qui creusent l’enfance, l’amitié, la famille et le passage à l’âge adulte.

« La Ritournelle » de Marc Fitoussi

Invitées d’honneur : Isabelle Huppert et Barbara Sukowa

Ambassadrice du Talent Village, l’actrice Isabelle Huppert fait l’honneur de sa présence, le festival a décidé de lui rendre hommage. Les Valseuses, La Dentellière, Merci pour le chocolat, Madame Bovary, La Cérémonie, La Pianiste, Elle, etc., on ne compte plus le nombre de films dans lesquels Isabelle Huppert a joué. Mais aussi au théâtre, sa présence en fait l’une des actrices françaises les plus reconnues dans le monde. En parallèle, une autre grande femme est invitée d’honneur, Barbara Sukowa. L’actrice allemande reconnue internationalement grâce à ses rôles dans Berlin Alexanderplatz, Les Années de Plomb, Rosa Luxemburg ou Hannah Arendt, aura la chance d’un hommage et la projection de trois films dans lesquels elle a marqué par son interprétation, Lola, Hannah Arendt et Deux.

Houda Benyamina, Agathe Bonitzer, Aurélie Chesné, Guillaume Gouix, Kacey Mottet Klein, Olga Pärn et Aude Gogny-Goubert dans le jury courts métrages

L’exercice compliqué du court métrage sera jugé dans cette Compétition avec vingtaine films sélectionnés. France, Turquie, Suède, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Ukraine, Norvège, Estonie, Roumanie, Pologne, Suisse et Finlande, c’est toute l’Europe qui est représentée pour cette édition. Le jury, composé en majorité de réalisateurs / réalisatrices et acteurs / actrices françaises, est un très beau jury, varié, jeune, pertinent.

Focus sur l’environnement avec le Green Lab

Cette année, les Arcs Film Festival se penche sur la lourde interrogation de la place du cinéma à l’heure du réchauffement climatique, de la prise de conscience écologique. Sous la forme d’un débat, le talentueux réalisateur Edouard Bergeron, Christophe Rossignon et le très médiatique et engagé Yann Arthus Bertrand prendront la parole.

Focus sur les femmes dans le milieu du cinéma

Pour sa 6e année consécutive, le Festival en partenariat avec Sisley, abordera la question sensible des femmes dans l’industrie du cinéma, et mettra à l’honneur une réalisatrice ambassadrice du cinéma européen indépendant avec un prix « Femme de cinéma ». On ajoute à ce prix le Lab « Femmes de cinéma », un think tank percutant pour parler de la parité, des ateliers et des échanges d’idées. Une superbe initiative de la part du festival pour faire avancer les choses.

Nomade aux Arcs, le bonheur !

Un village de yourtes pour profiter du festival ? Nomade l’a fait ! Car il n’y pas que les salles de cinéma, cette année l’oiseau nomade après un tel succès au Festival de Cannes notamment, a posé ses valises et ses meilleurs bartenders aux Arcs. Cocktails au programme, au top, et musique… On y sera tous les soirs, pour discuter films et culture. Le paradis ce festival, non ?

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.