Select Page

Legend

Article écrit par

Faux film de gangster qui ne parvient pas à trouver son ton, Legend déçoit

Aussi célèbres Outre-Manche qu’inconnus en France, les frères Kray étaient au Swinging London ce qu’était Al Capone au Chicago de la Prohibition. Propriétaires de bars, de clubs huppés, amis avec les stars et avec quelques hommes politiques, Reginald et Ronald Kray ont régné sans partage sur la capitale anglaise jusqu’à leur incarcération, pour meurtres. Costumes italiens, cheveux gominés, les jumeaux Kray étaient aussi identiques physiquement que différents psychologiquement, Ronnie ayant été diagnostiqué schizophrène paranoïde. C’est donc tout naturellement que le cinéma s’est emparé de leur histoire à deux reprises (The Krays de Peter Medak, 1990 et The Rise of the Krays de Zackary Adler, 2015) avant que Brian Helgeland ne s’y intéresse à son tour et ne se distingue de ces précédentes productions en confiant les rôles des jumeaux à un seul et même acteur, Tom Hardy. Un geste qui ressemble à un mouvement de réunification sur un seul et même écran des deux principaux types auxquels est habitué l’acteur britannique : l’inadapté, souvent ultra-violent, du type Bronson (Nicolas Winding Refn, 2008) et le faux calme, souvent potentiellement violent, du type Bob Saganowski (Quand vient la nuit, Michaël R. Roskam, 2014) tous deux mis au service d’une histoire aussi riche en péripéties que celle de Locke (Steven Knight, 2014). L’idée n’est a priori pas mauvaise, mais elle reste seulement une idée, si ce n’est un prétexte.

Tour à tour accaparé par Ron puis Reg, et par Reg puis Ron, Legend a le scénario entre deux chaises et cette dualité sur laquelle le réalisateur fait tout reposer participe à tout faire planter. Comme Reg, le film est propre sur lui et bien sous tout rapport, la preuve en est de ce East London toiletté qui n’a rien du ghetto décrit et décrié par les personnages. Mais comme Ronnie, il assume à quelques reprises son côté grand-guignol de série B, si bien que le film ne cesse de balancer d’un côté puis de l’autre sans jamais trouver un ton qui lui serait propre au point de devenir ennuyeux puisque dénué de personnalité. On connaît par cœur le déroulé du film de gangster : ascension, gloire, chute (et parfois rédemption), la route est toute tracée mais Helgeland semble vouloir encore la baliser et la goudronner. Rares y sont les herbes filles et les nids de poules ; et épisodiques, de fait, les sorties de route permises par le personnage de Ron. Entouré de ses mignons, obéissant à ses envies et ses pulsions et toujours en décalage avec le monde qui l’entoure, si son interprétation par Tom Hardy est parfois proche du jeu en roue libre, il a au moins le mérite d’apporter une touche d’originalité et de bizarrerie à un film qui en manque cruellement. Et qui n’est en réalité qu’à moitié un film de gangster tant il y a une vraie tromperie sur la marchandise.

En effet, Legend se mue rapidement en une romance entre Frances et Reginald Kray, ponctuée de sentences aussi définitives et inspirées que « il a fallu beaucoup d’amour pour que je le déteste autant aujourd’hui » débitées en voix-off par la jeune femme de la première à la dernière image.  Et dans la famille des voix-off agaçantes, Legend opte pour la redondante, celle qui décrit les personnages, présente tous les tenants et les aboutissants de l’histoire, et nous prend pour des abrutis. « Il était triste » dit-elle, « je suis triste », confirme le personnage », « je crois que j’ai bien compris » pense le spectateur… « On ne sait jamais » intervient alors la bande-originale qui fait notamment entendre Whitechapel pour la scène du mariage. L’image est doublement paraphrasée par la voix off puis la musique au point que le film raconte trois fois une seule et même chose. Nous épargnant heureusement la biographie chronologique, Brian Helgeland, pourtant scénariste de L.A Confidential (Curtis Hanson, 1997) et Mystic River (Clint Eastwood, 2003), ne parvient pas à capter notre attention faute à un traitement trop fade pour un tel sujet.

Titre original : Legend

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 121 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

J’ai perdu mon corps

J’ai perdu mon corps

Jérémy Clapin signe un premier long-métrage qui emprunte au western urbain, au thriller, mais aussi empreint de romantisme, mêlant temporalités et souvenirs par un travail intelligent des images, des sons et des formes.

Quand passent les cigognes

Quand passent les cigognes

« Quand passent les cigognes » est une allégorie de la guerre. Boris et Veronika transcendent leur amour dans un vertige mutuel à faire « pleurer dans les datchas » même si « Moscou ne croît pas aux larmes ». Mikhaïl Kalatozov délivre ici un manifeste pacifiste au romantisme dévastateur. En version restaurée 4K.