Le Temps de l’aventure

Article écrit par

Le chignon d’Emmanuelle.

Le titre du cinquième long métrage de Jérôme Bonnell est aussi programmatique que grave, comme conscient de son héritage. Il annonce aussi sa temporalité resserrée : à peine plus d’un jour dans la vie d’une femme de 43 ans. Sur le chemin de Calais à Paris, elle rencontre un homme mûr, Anglais et digne. Scénario d’un mélodrame de gare, Le Temps de l’aventure évoquerait presque Brève rencontre (1945) de David Lean, charriant derrière lui historicité de grands films déchirants, du Lettre à une inconnue (1948) de Max Ophüls à Sur la route de Madison (1995) de Clint Eastwood. Sans reculer devant l’obstacle, Bonnell a ciselé un scénario et un rôle principal entièrement pensés pour Emmanuelle Devos sur la naissance du sentiment amoureux, son accomplissement et ses conséquences sur une existence auparavant bien dessinée.

Partition ultra-classique, à laquelle s’ajoute l’apparente double peine d’avoir casté un acteur principal britannique (Irlandais même), le Gabriel Byrne de Usual Suspects (Bryan Singer, 1994) ou de L’Homme au masque de fer (Randall Wallace, 1998). Physique d’un Al Pacino sans la noble filmographie, pas évident a priori de gérer ce guest – pari risqué même, d’accorder la dignité de sexagénaire au jeu classique à la volubilité de Devos.

C’est une affaire de timing que le film réussit. Dans La Dame de trèfle (2008), Bonnell s’octroyait le temps d’une enquête criminelle, passant par le suspense du film policier, pour fouiller des rapports fraternels ambigüs. Des personnes ordinaires, quoique toujours un peu déviantas, confrontées au délai qui pourrait changer toute leur vie. Ici, c’est d’une existence ordinaire saisit en route, entre l’exécution d’un travail (une pièce où Alix tient le rôle principal) et la recherche d’un autre rôle (un casting), qu’il extrait la matière d’une embardée sentimentale.
  
 

Ce principe du temps imparti, compté, est celui qui régit tout mélodrame. Ici, c’est le temps d’une audition à Paris, premier déplacement symbolique, puisque Alix la comédienne est en tournée à Calais dans une pièce d’Ibsen. Elle débarque à Paris comme en voyage alors qu’elle y est domiciliée, sans contact avec son compagnon alors qu’ils vivent ensemble, déracinée chez elle, en visite. Dès six heures du matin elle court, et ce chignon que la caméra quitte peu sautille dans les rues de la capitale.

La grande maîtrise visuelle du film est de ne jamais servir d’écrin à un face-à-face d’acteurs. Dès la première scène du film, la mise en scène prend en charge la présentation du personnage féminin, ses frémissements, par à-coups et par scènes, surtout. Passer de plans tressautants et inquiets de scènes de métro jusqu’à la solennité sombre d’une chambre d’hôtel, Bonnell sait faire, recréant une cartographie moderne de la rencontre amoureuse plus que suivant quelques traces du mélo classique.

La grande distanciation de son cinéma naît aussi de sursauts comiques, cruels même, qu’il applique à ses personnages. En cela on pense au Arnaud Desplechin de Un conte de Noël (2008), et à cet humour, « politesse du désespoir », qui lui seul permet le salut, sans quoi ses personnages seraient à bout de souffle, écroulés par la force de leurs sentiments. La rencontre entre Alix et sa sœur, ou bien sa gestion chaotique du téléphone portable, sont les étapes de notre rencontre avec ce personnage féminin en pointillés comiques. D’un a priori assez conventionnel, le film progresse vers la mise à nu d’une personnalité, la compréhension intime de sa trajectoire et des raisons de cette aventure. Car si Gabriel Byrne est bon, c’est surtout à Emmanuelle Devos et à la direction d’acteurs de Bonnell que le film doit sa partition délicate, son cheminement nuancé où une femme ordinaire se transforme en une héroïne dramatique.

Ainsi le film s’émancipe même d’un achèvement lui aussi plutôt attendu : une gare et un dernier coup de fil (cet amour des répondeurs !) qui scellent la décision d’une femme, sans que jamais l’affair ne prenne un tour pathétique. Politesse du désespoir on a dit.

Titre original : Le Temps de l'aventure

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 105 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.