Select Page

Le monde de l’entreprise

Article écrit par

L´entreprise : territoire de luttes et de résignations.

Des ouvrières sortent de l’usine, s’avancent vers l’objectif comme pour prendre place aux côtés des spectateurs. Nous sommes en 1895 et les frères Lumière projettent ce qui est considéré comme le premier film de l’histoire du cinéma. Depuis, les caméras ont passé les portes de l’entreprise pour tenter d’en comprendre les rouages, se rapprochant tantôt des ouvriers, tantôt de la direction, la production filmique étant aussi diverse que le monde du travail. L’entreprise n’a donc cessé d’être un objet de cinéma, en atteste le succès récent des documentaires La Mise à mort du travail (Jean-Robert Viallet, 2009 – Prix Albert-Londres) et Entrée du personnel (Manuela Frésil, 2011 – Grand Prix au Festival International du Documentaire de Marseille).

Laissant de côté la production documentaire, six films de fiction ont retenu notre attention pour ce Coin du cinéphile. Héritier de la dichotomie de Richard Hoggart entre le « eux » et le « nous » (1) , notre corpus se divise en deux : trois films traitant du patronat et trois autres des ouvriers. Leur intérêt ne réside pas tant dans la description du travail qu’ils proposent, que dans l’appréhension de l’entreprise comme espace de pouvoir et de clivage. Nous suivrons les luttes internes pour la direction de grandes firmes dans La Tour des ambitieux (1954) de Robert Wise et Patterns (1956) de Fielder Cook, thématique que détourneront les frères Coen dans Le Grand saut en 1994. De l’autre côté du prisme, les ouvriers seront évoqués à travers le combat de trois d’entre eux, dans les usines automobiles du Détroit de Blue Collar (Paul Schrader, 1978) ; ainsi que dans la production française des années 2000. Que ce soit avec Selon Matthieu (Xavier Beauvois, 2000) ou Ce vieux rêve qui bouge (Alain Guiraudie, 2001), nous parlerons de territoires, de travail, et d’un monde se résignant à mourir.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré aux films traitant du lien entre fiction et réalité.

(1) Richard Hoggart, La culture du pauvre, Les Éditions de Minuit, 1991.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Sous le plus petit chapiteau du monde

Sous le plus petit chapiteau du monde

« Sous le plus petit chapiteau du monde » est un pastiche « haut en couleurs », bien qu’en noir et blanc, une farce au comique destructeur qui décrit jusqu’à la caricature les soubresauts de vie d’un cinéma miteux de quartier réactivé le temps d’en permettre la vente fructueuse. Un monument hilarant d’autodérision.