Select Page

Le Fils unique

Article écrit par

Inédit en France, « Le Fils unique » annonce les oeuvres les plus célèbres d’Ozu.

Même si ce Fils unique (1936) a tout pour ressembler à un brouillon du célèbre Voyage à Tokyo (1953), il n’en est pas moins complètement différent à tous points de vue. Réalisé quelque dix-sept ans avant ce dernier, Le Fils unique est un inédit de Yasujirō Ozu, son premier film parlant et à la modernité étonnante. Passant en effet à un registre plus grave, contrairement à ses films muets quelque peu burlesques et sautillants, Ozu nous offre à la fois un témoignage sur le Japon des années 1930 et une réflexion sur la filiation et l’incommunicabilité. Le film commence d’ailleurs par un exergue prometteur : « Le drame de la vie commence avec la famille qui nous voit naître ». Même si Carlotta, qui ressort le film dans une version restaurée en DCP, nous prévient dès le début que certains passages sont définitivement abîmés, ce qui saute aux yeux ici, c’est le côté néoréaliste avant l’heure de ce film qui se parachèvera par la suite dans Voyage à Tokyo puis Le Goût du saké (1962). Pas de panique, Carlotta a le projet de les ressortir tous les trois, voire également un autre film moins connu, Il était un père (1942), bien dans la lignée lui aussi de Le Fils unique.

On ne sait que trop bien ce qui se passait en Europe en 1936, année du tournage de Le Fils unique, et notamment en France. C’était le Front populaire, puis les années noires qui précéderont les horreurs des totalitarismes et de la guerre. De son côté, le Japon s’y prépare sans doute, puisque l’Empire fera alliance avec les nazis jusqu’au bout. D’où l’atmosphère quasi irrespirable de ce premier film parlant d’Ozu qui, par la suite, nous offrira des films tout aussi mélancoliques, mais moins oppressants. Ici, on sent que le cataclysme est proche, que l’industrialisation galopante côtoie la misère d’un Japon en équilibre instable (d’où le sempiternel bruit des navettes qui font les écheveaux de soie dans la maison d’un couple comme pour rappeler ce cœur de l’industrialisation qui fera, beaucoup plus tard, du Japon une grande puissance internationale).

 

 

Otsune est une veuve qui s’est sacrifiée pour que son unique fils puisse faire des études. Lorsqu’elle décide d’aller lui rendre visite, à l’improviste, bien plus tard car le film court sur près de 15 ans, elle va découvrir et les grandes difficultés sociales d’un pays pourtant dynamique et l’incompréhension entre une mère et son fils. Otsune, en faisant ce déplacement, apprendra tout à fait par hasard que son fils s’est marié et que le couple vient d’avoir un enfant. Petit à petit, par des plans d’une grande beauté dépouillée, qui feront le charme de son cinéma jusqu’à la fin, Ozu montre en détail la vie du petit peuple et les désillusions qui le guettent : inutilité des études, déclassement social, conditions de vie difficile dans les usines, rupture entre campagne et ville, exode rural, et cætera. Lorsque la mère retournera finalement à son usine en province, où elle vit depuis qu’elle s’est ruinée pour son fils, elle racontera fièrement son séjour à Tokyo. Sans dire bien sûr qu’elle n’a vu qu’une banlieue aride, à mi-chemin de la campagne et du bidonville. Pour preuve, même si elle raconte à sa bru les visites touristiques qu’elle a faites dans de rares endroits historiques, le seul lieu qu’Ozu filmera sera la balade qu’elle fera avec son fils pour admirer l’usine d’incinération dont il est très fier et qui empuantit toute la région. En outre, par quelques passages aussi éloquents qu’une parabole, Ozu nous fait ressentir la misère et le désespoir dans une mélancolie diffuse qui nous plombe le cœur : le professeur qui a conseillé au fils d’Otsune d’aller faire ses études à la capitale se retrouve maintenant à Tokyo comme cuisinier dans un petit restaurant ; le petit garçon d’une voisine est blessé par la ruade d’un cheval et elle n’a pas assez d’argent pour payer la clinique.

Dans la maison du couple, deux images subliminales attirent notre regard et sont comme la préfiguration de ce qui attend le monde à cette époque : l’affiche d’un paysage sur laquelle on peut lire en gothique « Germania » et une photo de Joan Crawford, artiste américaine de renommée internationale. Deux symboles qui, chronologiquement, seront les deux versants de l’avenir du Japon.

Titre original : Hitori musuko

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 88 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.