Select Page

La Petite amie d’Emile

Article écrit par

Un aperçu d’Israël. C’est tout ce qu’on aura, un aperçu ! Dans un laps de temps très court (48 min), le réalisateur balaie beaucoup de choses et aborde trop de thèmes pour pouvoir les explorer en profondeur. On survole, passant des relations entre la France et Israël à une confrontation entre deux cultures. Celle de […]

Un aperçu d’Israël. C’est tout ce qu’on aura, un aperçu !
Dans un laps de temps très court (48 min), le réalisateur balaie beaucoup de choses et aborde trop de thèmes pour pouvoir les explorer en profondeur.

On survole, passant des relations entre la France et Israël à une confrontation entre deux cultures. Celle de Delphine, jeune française, venue à Tel-Aviv pour faire des recherches sur la Shoah, et celle de Yoav, israélien, qui écoute TTC, un groupe de rap français. Mais Nadav Lapid n’en reste pas là, et c’est dommage.

Il trouve le temps d’entraîner le spectateur à travers le dédale des rues de Tel-Aviv, de le guider, avec lui et ses personnages, au musée de la Diaspora où se pose le problème de la Shoah (problème résidant justement dans l’absence de la Shoah au sein de ce musée), de le confronter à la peur du terrorisme et enfin de l’emmener faire une promenade au bord de la mer. Le cinéaste veut dévoiler, mais rien ne reste. Tout va trop vite. Le drame succède à la comédie sans que l’on comprenne réellement ni comment ni pourquoi.

Certains plans sont très beaux. Le réalisateur joue avec la lumière et il le fait bien. Sa première idée semble prometteuse : filmer la rencontre entre deux jeunes gens d’origines différentes, ayant pour seul point commun une troisième personne, Emile, que l’on ne verra jamais. Leurs univers paraissent, à première vue, aux « antipodes » l’un de l’autre. Pourtant ils se retrouvent sur beaucoup d’idées, se rejoignent autour de nombreux sentiments. Ils se comprennent et se rapprochent malgré le « fossé » qui devrait les éloigner.

Malheureusement, Nadav Lapid ne s’attarde pas suffisamment sur cette idée et ne prend pas le temps de la développer. Il s’égare. A trop vouloir montrer du visage d’Israël, il n’en montre finalement que très peu.

Titre original : Ha'chavera Shel Emile

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 48 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.

Interview d’Abel Danan.

Interview d’Abel Danan.

Pour son deuxième court-métrage, Love Cantata, Abel Danan s’est entretenu avec nous. C’est l’ occasion de découvrir un cinéaste très prometteur, que Vanity Fair vient de classer dans son palmarès annuel des jeunes talents à suivre de près.