Select Page

La figure maternelle au cinéma

Article écrit par

Le Coin du cinéphile se penche sur une figure qui nous façonne, pour le meilleur ou pour le pire, par sa présence ou son absence.

Le cadre familial est un terreau fertile d’intrigues au cinéma, et la figure maternelle y tient une place particulière. Son ombre brasse tous les genres, sa nature potentiellement néfaste pouvant provoquer un désordre tragique dans la personnalité des héros comme dans Psychose d’Alfred Hitchcock (1960) ou Carrie de Brian de Palma (1976). La dévotion maternelle est à l’inverse propice à des mélodrames puissants qui peuvent brasser une dimension sociale telle la question raciale de Mirage de la vie de Douglas Sirk (1959), ou une veine criminelle dans Mother de Bong Joon-ho (2010). L’amour d’une mère, aussi intense et sincère soit-il peut aussi se briser sur l’écueil d’un péché originel dans le splendide Stella Dallas de King Vidor (1937), et le conflit. Un des aspects les plus captivants du sujet est lorsque la figure maternelle est freinée par sa propre et coupable imperfection humaine tel le Mamma Roma de Pier Paolo Pasolini (1962), ou au contraire l’ingratitude de sa progéniture avec la rivalité mère/fille de Le Roman de Mildred Pierce (1945). Dans un temps plus contemporain, les figures matriarcales de la filmographie de Pedro Almodovar, comme dans Tout sur ma mère (1999), montrent la richesse inépuisable des facettes d’une mère.

 

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré à Philippe de Broca !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les Lézards

Les Lézards

Prolongement moderne des “petits veaux” (Vitelloni) de Federico Fellini, “i basilischi”, ces petits rois fainéants ou “lézards”, nous transportent dans l’Italie profonde du sud où le temps s’est suspendu comme le christ s’est arrêté à Eboli. Film-découverte.

Le Magicien d’Oz

Le Magicien d’Oz

Sorti au début de la seconde guerre mondiale, « Le Magicien d’Oz » demeure encore aujourd’hui l’une des incarnations de la fabrique à rêves américaine de cette époque.

Providence

Providence

Avec “Providence”, Alain Resnais convoque un onirisme hallucinatoire, celui d’un vieil écrivain épicurien taraudé par la maladie dans une comédie grinçante sur fond de dystopie.