Select Page

Jacques Becker

Article écrit par

Jacques Becker, l’art de la rigueur et du romanesque.

Jacques Becker aura traversé de manière météorique le cinéma français pour le marquer durablement de son empreinte, comme une récente rétrospective à la Cinémathèque a pu le prouver. C’est grâce à son ami Jean Renoir, dont il sera l’assistant, que Jacques Becker fait ses premiers pas dans le monde du cinéma. On peut considérer qu’il participe de plain-pied au fameux courant du réalisme poétique puisqu’il sera à l’initiative (mais sans pouvoir le mettre en scène) du célèbre Le Crime de monsieur Lange (1936). Sans faire partie de ce mouvement sa carrière s’articulera pourtant sur cette notion de magnifier les sentiments par le prisme du réalisme. Les conflits familiaux de Goupi mains rouges (1943) soulignent les mœurs rudes d’une famille rurale, tout comme l’ardent désir de liberté des prisonniers de Le Trou (1960) sera contrebalancé par la sécheresse de leur environnement carcéral. C’est d’autant plus vrai quand Becker se fait peintre d’amours agités reflétant aussi une lutte des classes avec Edouard et Caroline (1951), d’autres plus apaisés équilibrant le contexte social difficile d’Antoine et Antoinette (1947). La douce rêverie a également sa place dans la description rigoureuse du monde de la mode de Falbalas (1945), tout comme l’urgence et la fougue de la jeunesse d’après-guerre des Rendez-vous de juillet (1949), la bascule criminelle de Touchez pas au Grisbi (1954).
Bonne lecture avant prochain Coin du Cinéphile consacré au regard du cinéma italien sur le « néoréalisme rose » italien.

portrait de jacques becker

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Perdrix

Perdrix

Une merveille romantico-burlesque, par un vrai talent en devenir de la comédie française stylisée. Un film que nous avons découvert à la Quinzaine des Réalisateurs au festival de Cannes 2019.

Miss Oyu

Miss Oyu

« Miss O-Yû » est un mélo sublime mais improbable où la relation amoureuse est suspendue à un code marital d’airain d’une autre époque. Son personnage éponyme est une créature onirique, désincarnée, une femme-fantôme vénéneuse et à la fatalité destructrice comme une sorcière jetant ses sortilèges. Mizoguchi recrée l’Eurydice du mythe d’Orphée. Suavement ensorcelant en version restaurée.

La Rue de la honte

La Rue de la honte

Film choral, « la rue de la honte » lève un voile cynique sur les rapports sociaux entre ces travailleuses du sexe formant une micro-société qui serait la métastase d’une société nippone gangrenée par la misère de l’après-guerre préludant à sa reconstruction. Une œuvre testamentaire corrosive et virulente en version restaurée.