Select Page

Henri-Georges Clouzot

Article écrit par

Le Coin du cinéphile anticipe la grande rétrospective que consacrera la Cinémathèque française au cinéaste.

Henri-Georges Clouzot aura scruté à travers le thriller les contours les plus noirs de l’âme humaine. Son regard mordant et acéré sait déceler l’hypocrisie et la vilenie enfouies d’une communauté, que ce soit dans la pension de L’Assassin habite au 21 (1942) ou, symboliquement, dans la France de Le Corbeau (1943). Le couple y est également un nid de rancœurs, que ce soit dans l’inachevé L’Enfer ou le méconnu Manon (1949). Cependant, la vision de Clouzot n’est jamais inquisitrice ou misanthrope, toujours sans concession sur les travers inavouables des coupables de Quai des orfèvres (1947) ou dans la destinée impitoyable réservée à l’équipée du Salaire de la peur (1953). La malice et le plaisir ludique sont au cœur des rebondissements de Les Diaboliques (1955), mais savent également merveilleusement servir la vision de l’artiste dans Le Mystère Picasso (1956), une de ses œuvres les plus atypiques.

Bonne lecture avec un prochain Coin du cinéphile consacré au renouveau du cinéma australien des 70’s.

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les Lézards

Les Lézards

Prolongement moderne des “petits veaux” (Vitelloni) de Federico Fellini, “i basilischi”, ces petits rois fainéants ou “lézards”, nous transportent dans l’Italie profonde du sud où le temps s’est suspendu comme le christ s’est arrêté à Eboli. Film-découverte.

Le Magicien d’Oz

Le Magicien d’Oz

Sorti au début de la seconde guerre mondiale, « Le Magicien d’Oz » demeure encore aujourd’hui l’une des incarnations de la fabrique à rêves américaine de cette époque.

Providence

Providence

Avec “Providence”, Alain Resnais convoque un onirisme hallucinatoire, celui d’un vieil écrivain épicurien taraudé par la maladie dans une comédie grinçante sur fond de dystopie.