Select Page

Henri-Georges Clouzot

Article écrit par

Le Coin du cinéphile anticipe la grande rétrospective que consacrera la Cinémathèque française au cinéaste.

Henri-Georges Clouzot aura scruté à travers le thriller les contours les plus noirs de l’âme humaine. Son regard mordant et acéré sait déceler l’hypocrisie et la vilenie enfouies d’une communauté, que ce soit dans la pension de L’Assassin habite au 21 (1942) ou, symboliquement, dans la France de Le Corbeau (1943). Le couple y est également un nid de rancœurs, que ce soit dans l’inachevé L’Enfer ou le méconnu Manon (1949). Cependant, la vision de Clouzot n’est jamais inquisitrice ou misanthrope, toujours sans concession sur les travers inavouables des coupables de Quai des orfèvres (1947) ou dans la destinée impitoyable réservée à l’équipée du Salaire de la peur (1953). La malice et le plaisir ludique sont au cœur des rebondissements de Les Diaboliques (1955), mais savent également merveilleusement servir la vision de l’artiste dans Le Mystère Picasso (1956), une de ses œuvres les plus atypiques.

Bonne lecture avec un prochain Coin du cinéphile consacré au renouveau du cinéma australien des 70’s.

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?

Made In Bangladesh

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.