Select Page

Fruitvale Station

Article écrit par

Avec ce premier film basé sur un fait divers qui a défrayé la chronique, le jeune réalisateur Ryan Coogler impressionne et nous laisse entrevoir de belles réalisations à venir.

C’est l’histoire du dernier jour d’une vie. Cette existence anéantie par un coup de pistolet racontée par le jeune réalisateur Ryan Coogler, c’est celle d’Oscar Grant, jeune homme de 22 ans tué lors d’un contrôle de police dans le métro de San Francisco, le 1er janvier 2009. Ces faits sur lesquels s’est basé Coogler sont bien réels et ils ont eu un écho considérable non seulement aux Etats-Unis mais aussi partout dans le monde. Les conséquences de cette bavure et du procès qui a suivi, ont été mouvementées – pour le moins. Il y eut beaucoup de manifestations, de marches et des émeutes ont éclaté dans la région de la Baie. Cet assassinat – car il faut bien appeler les choses par leur nom – et ses suites violentes nous rappellent immédiatement l’affaire Rodney King, du nom de ce jeune noir qui fut tabassé le 3 mars 1991 par des agents du LAPD. L’acquittement des agresseurs de King déclencha des émeutes sans précédent à Los Angeles.

Si l’attentat de Fruitvale Station a eu des répercussions aussi fortes, c’est grâce (ou à cause de, c’est selon) de leur filmage sur le vif par des téléphones portables (le passage à tabac de Rodney King fut filmé, lui, par un vidéaste amateur). Cette diffusion sur Internet eut pour conséquence une médiatisation sans précédent et quasi-immédiate de l’affaire dans le monde entier et singulièrement dans la banlieue de San Francisco.  Coogler dit avoir été profondément affecté par ces images. L’idée d’écrire un scénario à partir de cette histoire lui est venu lorsqu’il s’est rendu compte que les suites de l’affaire donnaient lieu à des prises de positions binaires, manichéennes – pour ou contre. La victime dans ces cas-là n’est plus qu’un instrument dans un conflit qui prend des allures idéologiques, l’individu devient une sorte d’abstraction. Le jeune cinéaste décide alors de faire un film pour dépasser ce clivage et rendre une humanité à Oscar.

 
Certains esprits chagrins ne verront dans ce récit qu’une tentative du metteur en scène de glorifier son personnage, de lui conférer une image de martyr, de saint, de victime du racisme, pour encore plus, en creux, souligner l’injustice envers la communauté noire et la culpabilité du tueur blanc. Or, raisonner comme ça, c’est faire un mauvais procès à l’auteur. Il n’y a pas l’ombre d’une sacralisation du héros dans Fruitvale. Bien entendu, un film de fiction se doit de s’appuyer sur une tension élaborée par des inventions qui le rendent captivant. Mais, ici, pas de sensationnel, simplement le point de vue d’Oscar. D’ailleurs, le réalisateur lors de la préparation de son long métrage a très tôt exclu l’option du documentaire au profit du film narratif qui comme il le dit dans le dossier de presse, "s’il est bien fait, permet de s’approcher au plus près du personnage". Ainsi, si ce film est bien une forme d’hommage à un homme, ce n’est en aucun cas un manifeste pour une vision « communautaire » de la tragédie.

Fruitvale Station est donc le récit des dernières 24 heures de la vie d’Oscar. Ces dernières heures sont merveilleuses. Non pas que la vie soit idyllique, le héros, une sublimation d’Oscar. Au contraire, c’est une journée qui n’a rien de particulier, c’est la routine. Pourtant, l’émotion est bien présente dés le début avec les gestes du quotidien, les trajets en voiture, Oscar qui emmène sa fille à l’école… Oscar n’est pas un ange : il a fait un tour par la case prison pour trafic d’herbe, s’est fait virer de son job, n’a pas toujours été d’une fidélité à toute épreuve. Pour autant il est très attachant ; quelques signes nous montrent qu’il a décidé de rompre avec ses errements passés. Rien dans ce film n’est lourdement asséné, nous reconstituons l’existence du héros bon an mal an au cours de cette dernière journée et nous nous laissons bercer par une émotion douce. C’est sans nul doute la mise en scène nickel de Coogler – un rythme efficace et un format 16 mm -, qui rendent cette tranche de vie simple si troublante mais aussi la performance des acteurs et en premier lieu celle de Michael B. Jordan dans le rôle d’Oscar. Il y a un peu du jeune Eddy Murphy dans ce garçon, papa aimant, fils prodigue, bon copain, avec un cœur gros comme ça.

 
Un seul plan, d’une force terrible – et ce n’est sûrement pas un hasard -, résume à lui seul la destinée du principal protagoniste. Ce dernier prend de l’essence à une station-service. Soudain sur le boulevard longeant la station, il y a un hurlement : c’est un chien qui vient de se faire écraser. Oscar va à la rencontre de l’animal blessé à mort, un peu de sang macule son tee-shirt blanc. Il n’y a plus rien à faire, il se retourne pour regagner son stationnement. Il y a à ce moment précis au premier plan le chien écrasé, puis Oscar de dos qui marche vers sa voiture et à l’arrière-plan, le métro aérien qui passe…

Il y a aussi l’instant subreptice où Oscar se fraye un passage dans la rame bondée au retour du feu d’artifice pour trouver une place assise et qui est surpris d’entendre une jeune femme (connaissance récente et platonique) l’appeler. En un quart de seconde, la caméra saisit l’embarras du jeune homme qui ne sait quelle attitude adopter alors que sa petite amie (Melonie Diaz), d’une nature très jalouse, a déjà quitté son strapontin pour constater ce qui pourrait bien être un flagrant délit…

Le destin est un mystère – nous le savons -, mais il prend parfois des tours et des détours cruels et absurdes, pour arriver à ses fins. Rétrospectivement, après un drame, nous pouvons nous en rendre compte. Ryan Coogler nous montre cela avec une très grande justesse. Notamment lorsque avant de sortir pour la nuit fatale, Wanda, la mère d’Oscar, l’excellente Octavia Spencer, conseille à son fils de laisser sa voiture au parking et de prendre le métro afin d’éviter toute conduite en état d’ébriété. Oscar, bon fils, obtempère…

Titre original : Fruitvale Station

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 85 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.