Select Page

Festival « Un état du monde… et du cinéma » 2011

Article écrit par

Le Forum des images ouvre ses portes pour la troisième année consécutive au festival « Un état du monde et du cinéma », du 28 janvier au 6 février. Avec Elia Suleiman et Jorge Semprun en invités d´honneur, le festival s´annonce une fois encore riche en contenus et débats sur le monde actuel. Programme.

Un état du monde et du cinéma n’est pas un festival comme les autres. Par sa programmation très large et ses thèmes abordés en focus ou en tables rondes, totalement liés à l’actualité internationale, le festival organisé par le Forum des images prend le temps de revenir sur des événements qui ont bousculé le monde, la politique internationale et la société dans sa globalité. Au programme, des avant-premières, des rencontres autour de films venus des quatre coins de la planète, des tables rondes, des discussions surtout entre réalisateurs, écrivains, historiens et public, en résumé, des échanges sur le monde qui nous entoure et qui est en perpétuelle mutation.

Les thèmes du festival

Trois thèmes sont au centre du festival, qui se déroule du 28 janvier au 6 février. Entre guerre et paix, thème cher à l’évènement chaque année, abordera la période du deuil et de la dénonciation, dans un pays tout récemment en paix. Des films tels que La Révélation de Hans-Christian Schmidt, L’Autre rive de Giorgio Ovashvilli ou encore La Nuit de la vérité de Fanta Regina Nacro illustrent ce premier thème.

Autre thème mis en lumière, le Cambodge et le génocide. L’objectif est de parler des séquelles que les Khmers Rouges ont laissées sur leur passage, autour d’une dizaine de films présentés. En plus des films, une exposition a lieu laissant deux artistes cambodgiens s’exprimer, Séra et Vann Nath.

À côté du Cambodge, la question du Mexique et notamment l’éternel zone de tension à la frontière entre ce pays et les États-Unis est prévue au programme. Plus de onze films sont programmés, des débats et des échanges, ainsi qu’un certain regard sur l’actualité de cette région.

Vision mondiale du cinéma et de l’actualité

C’est un voyage culturel, politique et intellectuel que nous propose le Forum des images, une marche loin d’être silencieuse sur les bousculements et évènements médiatiques qui ont perturbé des régions du monde encore aujourd’hui sous tension. Avec trois thèmes variés, le festival élargit cette année son regard au Mexique et au Cambodge. Des focus sont proposés, notamment un bilan de l’année 2010 en matière de cinéma ainsi qu’un retour sur la question très actuelle des Roms, des gens du voyages, des Tsiganes.

Notre sélection sur Il était une fois le cinéma :

– La soirée d’ouverture du festival vendredi 28 janvier à 20h00, avec la projection du film Jimmy Rivière en avant-première.
Alambrista ! de Robert Malcom, samedi 29 janvier à 17h00.
Un soir après la guerre de Rithy Panh, dimanche 30 janvier à 17h00.
R U There, de David Verbeek, dimanche 30 janvier à 20h00.
Cyber Palestine d’Elia Suleiman, mardi 1er février à 17h00.
– Les avant-premières Aftershock de Feng Xiaogang (mercredi 2 février à 20h00) et Morgen de Marian Crisen (bientôt en interview sur notre site, diffusé le mardi 1er février au Forum à 20h00),
– La table ronde animée par Sylvain Bourmeau, journaliste et producteur à France Culture sur le thème « Peut-il y avoir une paix sans justice ? », samedi 5 février à 17h30.
Khamsa de Karim Dridi, samedi 5 février à 18h30.
– La soirée de clôture du festival le dimanche 6 février à 20h00 avec dix courts métrages de dix réalisateurs mexicains.

Pour plus d’informations sur le festival, rendez-vous sur le site du Forum des images.

La bande annonce d‘Un état du monde et du cinéma
 


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.