Select Page

Festival Séries Mania : un véritable succès !

Article écrit par

Avec près de 5 600 spectateurs, le premier Festival entièrement dédié aux séries a rencontré un franc succès. Des séries diffusées en intégralité, des conférences passionnantes, des secrets de tournage dévoilés au public… Bref, une véritable aventure au coeur d’une production en forte expansion !

Point fort du Festival : l’originalité

En proposant un festival dédié à l’univers des séries télévisées, projetées sur grand écran, comme au cinéma, le Forum des images a fait un pari risqué. Les créateurs-réalisateurs de séries sont-ils à mettre au même niveau que les réalisateurs de cinéma ? Casting, idées, concepts, pilotes (à plus de 10 millions de dollars pour certains !), marché… A première vue, rien ne différencie particulièrement les deux mondes créatifs. Et pourtant, après plusieurs conférences notamment consacrées au public des séries, après une comparaison pertinente entre le fonctionnement anglais et français, tout laisse imaginer un développement accru de la production de séries sur le marché international, avec ses spécificités et ses surprises.


Copyright : Skins 2 © ALL3MEDIA International

 
Coup de cœur

Le plus de ce Festival : la conférence consacrée à The Wire. A découvrir rapidement si ce nom n’évoque rien. Etiquetée « Meilleure série du monde » par le Time Magazine, The Wire est traduit en français par « Sur écoute ». Abordant la criminalité avec des airs de documentaire, la série a eu un succès incroyable depuis son lancement aux Etats-Unis.

Les séries, reflets du monde contemporain ?

La question que l’on se pose à la suite de ces cinq jours consacrés aux séries est l’impact de ces nouvelles productions dans nos sociétés. Traits imaginés du monde qui nous entoure, craintes manifestes de la communauté mises en images et scénarisées, fantasmes de créateurs déjantés, les séries sont devenues un nouveau genre de production et de création en total développement, que ce soit en France ou à l’étranger.

L’avis de Pauline Labadie pour Il était une fois le cinéma, présente lors du week-end marathon :

« Pour le dernier week-end de cette audacieuse première édition du Festival Séries Mania, le programme était si ce n’est chargé, tout au moins sportif ! Samedi, Olivier Joyard des Inrockuptibles, a su communiquer sa passion et son plaisir presque enfantin de « fan » de séries TV, en même temps qu’un regard analytique sur ce qu’il nomme « l’âge d’or des séries », lors d’une conférence au titre légèrement provocateur : « Les séries ont-elles remplacé le cinéma ? ». Selon lui, nous sommes aujourd’hui dans une émulation créatrice unique, grâce à des chaînes comme HBO, Showtime, et de nombreuses chaînes du câble, qui prennent désormais le relais des gros networks.

Grâce à la diffusion de nombreux extraits, majoritairement de séries américaines – il faut bien le dire, l’intervention du journaliste est restée ludique et légère, tout en examinant les motifs et les filiations entre ce « nouveau territoire d’analyse » qu’est la télévision et son cousin le cinéma. A ce titre, Olivier Joyard a bien souligné que si aujourd’hui, « le cinéma n’est plus seul », c’est un constat plutôt rassurant, car les séries mettent en avant cet héritage formel, stylistique et patrimonial, entrelaçant les références au septième art avec leurs propres spécificités.

On peut faire le constat sévère et en même temps enthousiasmant pour les nouveaux sériphiles que les séries ont renouvelé l’art de raconter des histoires, de créer du récit, tandis que les films se contenteraient de créer des événements.

Copyright : DR
Le samedi soir était réservé aux intrépides, les programmateurs ont proposé aux fans de la série True Blood de découvrir l’intégrale de la saison 2, de 19h30 à 6h30 du matin. Il va sans dire que la bonne humeur était au rendez-vous, puisque la salle emplie de fans a participé activement au résumé de la saison qu’a donné la directrice du Forum Laurence Herszberg avant la projection, elle aussi acquise à cet enthousiasme typique des « fanas de séries ».

Le lendemain, deux formidables séries américaines étaient au programme, chacune réalisée autour d’un personnage féminin fort et portée par des actrices majestueuses telles que Tonie Collette et Edie Falco, respectivement dans United State of Tara et Nurse Jackie. La diffusion des deux premiers épisodes pour chacune a remporté un franc succès, la découverte sur grand écran d’une série apportant en plus une satisfaction bien particulière : nous savons, lorsque les lumières se rallument, que nous n’en avons pas fini avec les personnages que nous venons de découvrir, et que nous pourrons, dès notre retour à la maison, téléchar… pardon, acheter ou continuer à nous familiariser avec ces héroïnes du quotidien, et que si tout va bien, nous pourrons peut-être les fréquenter pendant quelques trois ou quatre saisons. Ainsi, le plaisir et la qualité de contenu espérés par tout spectateur de cinéma, sans la frustration d’une fin de séance !

Et déjà la soirée de clôture, avec un bilan de fréquentation et de satisfaction annoncé comme très positif, et la présentation d’une nouvelle série comique d’HBO, How to make it in America, diffusé aux USA depuis février 2010 et présentée au Forum en exclusivité. Si celle-ci n’égale pas en fraicheur et en audace, Entourage, à laquelle elle fait inévitablement penser, elle reste néanmoins de la belle ouvrage. Petit plus, le directeur d’Orange Cinéma Séries, chaîne partenaire du festival, a annoncé que les spectateurs de la seconde édition de Séries Mania auront le plaisir de découvrir la très attendue série réalisée par Martin Scorsese, Boardwalk Empire, peinture de l’Amérique de la prohibition des années 20. Vivement l’année prochaine ».

Un deuxième festival dédié aux séries est prévu pour le printemps 2011. Un rendez-vous à ne pas manquer !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La vie criminelle d’Archibald de la Cruz

La vie criminelle d’Archibald de la Cruz

La période mexicaine de Luis Bunuel, cinéaste expatrié, contient en germe les obsessions qui irriguent l’intégralité de ses films. L’occasion de réévaluer la vie criminelle d’archibald de la Cruz à l’aune de sa restauration. Tragi-comédie triviale de la frustration à mi-chemin entre cruauté primitive et urbanité patricienne, l’œuvre, mésestimée, procure un frisson d’horreur mêlé de volupté coupable. En version restaurée…

Tranchées

Tranchées

Jeune documentariste et reporter international, Loup Bureau s’est immergé dans les tranchées de la guerre du Donbass, en 2020…
Il en ressort un documentaire remarquable sur une guerre qui nous renvoie 100 ans en arrière.