Select Page

Festival Kinotayo 2008

Article écrit par

Créé par l’association Kinotayo en 2006, le Festival du film japonais contemporain à l’ère numérique offre un panel de longs-métrages japonais, tous produits au cours des dix-huit derniers mois.

Implanté tout à la fois à Paris (au cinéma Élysées Biarritz, du 19 au 25 novembre), dans certaines villes de province (Marseille, Biarritz, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Pau et Moulin, du 17 au 28 novembre) et du Val d’Oise (Roissy en France, Cergy-Pontoise, Vauréal et au Château d’Auvers-sur-Oise), le Festival Kinotayo est un événement unique en son genre, dont l’objectif consiste « à développer la connaissance et à favoriser la compréhension de la culture, de l’histoire et des modes d’expression japonais auprès du public français, en contribuant à une plus large diffusion de la création cinématographique du Japon. »

S’engageant, pour la troisième année consécutive, à lutter contre la sous-représentation du cinéma japonais dans l’Hexagone, les membres du Kinotayo proposent de découvrir dix-huit longs-métrages, dont quatorze inédits en France, et de rencontrer huit des réalisateurs concernés par la programmation. Un hommage, de plus, sera rendu au cinéaste Hideo Gosha, l’un des maîtres du film de sabre, à l’occasion de la projection de son film Hitokiri (1969).

Cherchant à promouvoir les innovations japonaises en matière de technologie numérique, le festival, enfin, présentera pas moins de dix films projetés en HD. L’occasion est telle qu’une conférence intitulée « La création numérique dans le cinéma japonais » sera organisée le 20 novembre, à l’Espace Pierre Cardin de Paris, en partenariat avec la Commission du Film d’Île-de-France dans le cadre des journées ParisFX.

Amateurs du cinéma nippon ou cinéphiles avertis, retrouvez toutes les informations pratiques (programme, salles de projection, horaires, tarifs) sur le site internet de Kinotayo : www.kinotayo.fr


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Théorème

Théorème

Fantaisie surréaliste, « Théorème » traduit sans ambiguïté les obsessions existentielles de Pier Paolo Pasolini. Artiste intellectuel maudit à l’homosexualité revendiquée, il livre ici un plaidoyer pro-domo. Un temps jugée scabreuse et taxée d’obscénité, la parabole filmique déclencha une controverse sulfureuse à sa sortie en 1968. Relecture de ce monument de provocation sous l’angle de la morale sexuelle.

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.