Select Page

Cours toujours Dennis (Run, Fat Boy, Run)

Article écrit par

Déception pour le premier long-métrage de David Schwimmer, lui qui savait tout à la fois nous toucher et nous faire rire dans Friends.

Comédie sur le difficile passage à l’âge adulte, Cours toujours Dennis enchaîne les poncifs avec un manque d’imagination et de profondeur surprenant. Nous serions tentés de sombrer dans le sarcasme facile et c’est mauvais signe.

Dennis s’enfuit le jour de son mariage, abandonnant éhontément femme et enfant. Ce qui s’appelle prendre ses jambes à son cou et planter. Dennis est pitoyable, piteux, il a peur. Mais il n’est pas dépourvu de ce charme inconditionnel qui auréole les âmes sensibles, immatures et pleines d’humour. Et comme tout futur homme qui se respecte, il tentera noblement de reconquérir sa belle par tous les moyens. Face à lui, un homme beau, riche et égoïste incarne le redoutable prétexte qui l’amènera à affronter ses propres démons. Le marathon de Londres sera la terrible épreuve qu’il aura à surmonter pour gagner sa propre estime et fonder enfin une famille. Bref, tout cela paraît gros, très gros.

Nous rendons grâce à l’enthousiasme manifeste de toute l’équipe du film et à quelques idées pas forcément mauvaises. On ne passe pas foncièrement un moment désagréable. Mais on l’oublie vite… La littérature n’est pas faite de bons sentiments, et les bonnes intentions ne font pas le cinéma.

Quand les clichés coïncident parfaitement avec les clichés, nous obtenons une comédie-bateau, pardon, marathon. Dennis a du bid, mais n’est pas bidonnant. On sourit parfois, on n’est jamais surpris. Cette soap comédie ne déroge pas à la règle de la vieille blague du pet de bon ton pour montrer qu’on n’est pas de bon ton, mais surtout se la « pète » un peu quand elle se prétend décalée.

Tout comme son anti-héros transformé en héros, David Schwimmer a encore du chemin à parcourir avant de se surpasser. Mais peut-être les adeptes de la fameuse sitcom Spaced apprécieront cette incartade du fameux Simon Pegg sur le grand écran.

Titre original : Run, Fat Boy, Run

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…