Select Page

Clermont Ferrand : Jour 3

Article écrit par

Encore un jour de pluie… et de belles surprises !

Le festival continue, la pluie aussi. Heureusement, les diverses programmations de qualité font un peu oublier ce climat morose.

Le court du jour

Belle surprise cette année : la présence du tout dernier court métrage de Park Chan-wook, tourné avec un iPhone 4 en compagnie de son frère, Park Chan-kyong. Night Fishing (Corée du Sud – 2011 -33′) raconte l’histoire d’un amateur de pêche, tranquillement installé sur les berges marécageuses et isolées du Han. Ce qu’il va finir par pêcher changera immanquablement sa vie.

L’introduction – en apparence promotion incongrue de l’excellent groupe coréen UhUhBoo Project, en essence géniale intégration du clip dans un cadre cinématographique plus large – déboussole et surprend. Enchainé avec l’histoire du pêcheur, cette phase n’a rien du simple exercice de style. Night Fishing explore le cinéma comme pure Charon artistique. Le passage entre le monde des vivants et celui des morts se fait par le montage, sans perdre de vue les contingences de format exigées par le court métrage.
 

Avec Night Fishing, on ne s’égare pas dans un faux court métrage qui prétendrait user du format court comme tremplin pour amener le réalisateur carriériste à faire du long. Park Chan-wook, heureux papa d’une bien belle filmographie (rappelons au passage l’existence de l’excellent mais confidentiel Je suis un cyborg, 2006, 105′), paraît ici s’effacer au profit de son frère. On retrouve certes un peu de son style, de son goût pour le fantastique, pour le drame et le bizarre, mais allié cette fois à de nombreux éléments totalement étrangers à ses films antérieurs. La peinture presque documentaire (l’effet iPhone4 sûrement) du shamanisme offre un nouveau visage passionnant à cette fameuse Nouvelle Vague coréenne.

Variation inversée et poignante du Sixième sens de Shyamalan, Night Fishing porte peut être les germes d’un talentueux réalisateur, frère d’un des piliers du cinéma sud-coréen.

(A.H.)
 



Court entretien avec… Jean-Christophe REYMOND* (Propos recueillis par L.C.)

1. Quel court métrage vous a donné envie de travailler dans ce domaine ?

Honnêtement, je n’avais jamais vu un court métrage de ma vie avant d’entrer à la Fémis et d’en découvrir a l’école puis en festivals. Je suis arrivé tard au cinéma et vivais en banlieue, sans cinéma d’art et essai à proximité. 

Et non, aucun court ne m’a marqué au point de me donner envie de travailler dans ce domaine. En revanche, la découverte des courts métrages comme premiers films de futurs cinéastes, comme un point d’apprentissage, de départ, d’expérimentation, oui, cela m’a donné envie d’en produire.

Sinon, je pourrai vous citer quelques courts qui sont dans mes préférés, et que j’ai programmés dans la carte blanche Kazak cette année au festival de Clermont Ferrand : IMPALED (Destricted / Empalé) de Larry Clark, LA SAINT FESTIN de Anne-Laure Daffis et Léo Marchand, DANS LEUR PEAU de Arnaud Malherbe, ou par ailleurs CORPS A CORPS de Nicolas Duchene.

2. Quand est-ce que vous les avez vu pour la première fois ?

En salle, à la Fémis, où je venais d’entrer comme étudiant, puis en festivals.

3. Quelle est l’instant, dans votre activité actuelle, où vous ressentez le même plaisir que la première fois où vous avez vu ces courts métrages ?

Je suis très impliqué dans le processus de fabrication, dès l’écriture. Moins au tournage, car les choses sont déjà en places. Je suis présent pour voir travailler le réalisateur. Et je suis de nouveau très présent en montage image, puis pour accompagner toute la post-production du film ; puis sa sortie en festivals, la première projection.

Oui, je suis toujours très heureux de faire des courts, car c’est toujours une nouvelle aventure, un nouveau défi.

Liens disponibles vers les courts métrages cités:

IMPALED (Destricted / Empalé) de Larry Clark (Royaume-Uni, Etats-Unis – 2006 – Fiction – 38′)
Trailer sur : http://www.destrictedfilms.com/uk/trailer.htm

LA SAINT FESTIN de Anne-Laure Daffis et Léo Marchand (France – 2007 – Animation – 16′)
http://vimeo.com/6687000

DANS LEUR PEAU de Arnaud Malherbe (France – 2010 – Fiction – 35′)
Extrait sur : http://vimeo.com/11623807

*Producteur chez la très prometteuse Kazak Productions. En cinq ans, Kazak nous a offert plus d’une vingtaine de courts métrages, quatre documentaires et le remarquable long métrage Jimmy Rivière (France – 2011 – 90′).

Clermont Ferrand : Jour 2


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Derniers Chrysanthèmes

Derniers Chrysanthèmes

« Derniers chrysanthèmes » fait implicitement allusion à la floraison tardive dans son épanouissement qui se fane avec le temps selon un processus irréversible d’étiolement. La métaphore porte ici sur une communauté d’anciennes geishas qui ne sont plus dans “la fleur de l’âge”; ravivant leurs nostalgies dans le Tokyo désenchanté d’après-guerre. Aperçu…

A l’approche de l’automne

A l’approche de l’automne

« A l’approche de l’Automne » est une oeuvre singulière dans la production narusienne, l’échappée initiatique d’un jeune provincial obligé d’en découdre avec le monde cruel des adultes sur la toile de fond de l’urbanisation galopante de Tokyo. Inédit en version restaurée 4K.