Select Page

Ciné-mix Jeff Mills sur Octobre de Sergueï M. Eisenstein

Article écrit par

La Cinémathèque Française ouvre ses portes mercredi à 21h pour un événement qui mêle musique et cinéma : la performance du célèbre Jeff Mills sur un film de Sergueï M. Eisenstein, « Octobre ». Quand l´histoire russe est secouée par le mix techno d´une grande figure musicale, ça fait du bruit…

Pour les amoureux du cinéma et de la musique, voici un ciné-mix hors du commun. Jeff Mills, connu pour ses compositions techno à écho mondial, sera présent mercredi à la Cinémathèque Française pour mixer sur un film qui a marqué l’histoire du cinéma : Octobre.

Sergeï Eisenstein, réalisateur de chefs-d’œuvre tels que La Grève, Le Cuirassé Potemkine ou Ivan le terrible, est connu pour ses techniques de réalisation en lien avec la perception du spectateur, la qualité de ses montages et l’arrière-plan de ses films, entre la critique d’une situation politique et la mise en scène de situations complexes en pleine lutte des classes. Dans Octobre, dont le titre exacte est Octobre, dix jours qui secouèrent le monde, Sergeï Eisenstein fait référence au dixième anniversaire de la prise du pouvoir par les bolcheviques. Peu honoré lors de sa sortie, le ciné-mix le met à l’honneur aujourd’hui.

Maître du « cinéma poing », créateur inconditionnel du montage rapide, du rythme intense des plans qui s’enchaînent brutalement, des couleurs sanglantes, frappantes, le réalisateur reste cependant un cinéaste du muet.

En contradiction, Jeff Mills est maître du son, des sons même, de leurs enchaînements. DJ tout droit venu de Detroit, il est aujourd’hui performeur mondial avec son label Axis. Très intéressé par le mélange entre cinéma et musique, il a notamment présenté dernièrement au Centre Pompidou une bande-son pour le film Metropolis de Fritz Lang. En plus de Lang, Jeff Mills s’inspire d’autres grands réalisateurs : Kubrick ou Keaton, pour ne citer qu’eux. La réalisatrice Claire Denis, de son côté, l’a invité a composer la bande sonore d’une exposition au Quai Branly il y a trois ans.

Belle soirée en perspective, à ne manquer sous aucun prétexte !

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de la cinémathèque.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le Magicien d’Oz

Le Magicien d’Oz

Sorti au début de la seconde guerre mondiale, « Le Magicien d’Oz » demeure encore aujourd’hui l’une des incarnations de la fabrique à rêves américaine de cette époque.

Providence

Providence

Avec “Providence”, Alain Resnais convoque un onirisme hallucinatoire, celui d’un vieil écrivain épicurien taraudé par la maladie dans une comédie grinçante sur fond de dystopie.

Rêves

Rêves

« Rêves » est un condensé d’aberrations et de chimères que se forge Akira Kurosawa au tournant crépusculaire de sa carrière. Ces projections visuelles, tour à tour agitées et apaisées, viennent assaillir sa mémoire résiliente.