Select Page

CD « Divine féminin » du Traffic Quintet

Article écrit par

Cette transcription sur disque, sous la direction artistique du néo-césarisé Alexandre Desplat, de bandes originales inspirées de personnages féminins est avant tout une invitation à son ultime représentation en live, le 23 mars, au Théâtre du Garde-Chasse des Lilas (93).

Entreprise périlleuse mais séduisante que celle de consacrer tout un disque de bandes originales de films cultes moins à de la pure compilation qu’à l’élection d’une thématique. Ici, rien moins que l’un des éléments fondateurs de la cinéphilie, moteur de nombres de décryptages et d’analyses : la figure féminine. « Divine féminin », comme son nom l’indique, est une sélection de thèmes ayant accompagné la trajectoire d’un personnage féminin marquant du septième art, travaillant soit à creuser encore davantage son potentiel de trouble, de mystère (Basic Instinct par Jerry Goldsmith, Virgin Suicides par Air), soit à tracer avec, voir au-delà des images leur cheminement confus, leur destinée incertaine (Psycho par Bernard Hermann, The Misfits par Alex North; Birth par Alexandre Desplat, directeur artistique du présent projet…), sinon les deux.

« Divine féminin » n’est pas la première incursion du Traffic Quintet dans le domaine du cinéma, le groupe – exclusivement constitué de cordes – ayant revisité il y a quelques années les plus fameux morceaux de la Nouvelle Vague. A l’initiative de Dominique Lemonnier, sa fondatrice et metteur en scène – y occupant elle-même le poste de violoniste –, le Traffic Quintet se lance ici dans un travail à la fois proche de l’hommage pur, la plupart des partitions d’origine étant respectées à la lettre, et du pari. En effet, par l’entremise d’Alexandre Desplat, le travail de transcription de mélodies aussi fameuses que celle composée par Jerry Goldsmith pour le Chinatown de Polanski – donnant corps à une saisissante embarcation de près de sept minutes, justifiant peut-être à elle seule l’écoute de l’album –, ou le Virgin Suicides de Air, dont les voix sont donc remplacées par la « distinction » d’une ligne plus flottante dans le mariage des cordes invite à un peu plus qu’une plaisante réécoute de morceaux plus que connus.

Sorti depuis le 17 janvier, le disque, qui se suffit bien sûr à lui-même, n’est qu’un aspect du projet « Divine féminin », l’histoire se prolongeant dans quatre concerts organisés entre le 3 février et le 23 mars. Au charme de l’écoute solitaire et répétée de ce bel album studio doit s’associer le partage en salle, la communion entre les spectateurs de ces films irradiés par leur personnage féminin et l’interprétation live de ces partitions fameuses pour mesurer pleinement le potentiel de réincarnation des figures de Catherine Trammell, Madeleine ou encore la Anna du beau Birth de Jonathan Glazer.

Malheur : à l’heure de la publication de cet article, ne reste qu’une ultime représentation à intercepter, le mercredi 23 mars donc, au Théâtre du Garde-Chasse des Lilas (93). Opportunité immanquable de finir en beauté cette escapade idéalement unisexe.

« Divine féminin » du Traffic Quintet, Galilea Music (Universal)



Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.