Select Page

Carnet de bord du Festival du court métrage – Clermont Ferrand 2009

Article écrit par

Journée 9…

Inushuk, de Camillelvis Thery (France, 2008, 9’), est un film d’animation qui raconte la brève mais intense histoire d’Inuk l’esquimau.
En se promenant sur la banquise, Inuk fait connaissance de l’Ours facétieux. Une petite scène de pêche plus tard et la Baleine flottante rentre en jeu.
On est de suite captivé par la poésie et l’humour dégagés par ce film.

  

L’esthétique de Inushuk  vise le minimalisme. Celui ci repose d’une part sur l’immensité apparente de l’espace représenté – avec des personnages minuscules perdus au milieu du grand écran, et d’autre part sur le noir et blanc. On pense tout d’abord au concept du yin et du yang, avec la dualité qui se met en place à travers des formes arrondies. Mais les notions du bien et du mal ne sont pas bienvenues ici.
Néanmoins, l’idée de voyage mystique est présente, agrémentée avec justesse d’une bonne dose d’humour. Celui-ci est véhiculé en grande partie par la superbe caractérisation des personnages.
Inévitablement, Inuk sera avalé par la Baleine, mais le voyage continue pour ce petit personnage fort en couleurs.

     

La salle des accréditations du festival offre la possibilité d’être pris en photo, accréditation autour du cou. La photo est ensuite exposée sur place, le but étant a priori de reconnaître des visages pendant les nombreux déplacements de salle en salle. En parcourant les nombreux clichés, nous retrouvons Capucine le singe et son producteur, vraisemblablement heureux d’avoir été invités au festival. Plus d’informations sur www.oedipe-project.com.

Festival du court métrage – Clermont Ferrand 2009 – Journée 0
Festival du court métrage – Clermont Ferrand 2009 – Journée 1
Festival du court métrage – Clermont Ferrand 2009 – Journée 2
  


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Derniers Chrysanthèmes

Derniers Chrysanthèmes

« Derniers chrysanthèmes » fait implicitement allusion à la floraison tardive dans son épanouissement qui se fane avec le temps selon un processus irréversible d’étiolement. La métaphore porte ici sur une communauté d’anciennes geishas qui ne sont plus dans “la fleur de l’âge”; ravivant leurs nostalgies dans le Tokyo désenchanté d’après-guerre. Aperçu…

A l’approche de l’automne

A l’approche de l’automne

« A l’approche de l’Automne » est une oeuvre singulière dans la production narusienne, l’échappée initiatique d’un jeune provincial obligé d’en découdre avec le monde cruel des adultes sur la toile de fond de l’urbanisation galopante de Tokyo. Inédit en version restaurée 4K.