Select Page

Brüno

Article écrit par

Troisième personnage inventé par l´humoriste anglais Sacha Baron Cohen dans << Da Ali G Show >>, Brüno incarne la décadence d´un homosexuel Autrichien passionné par la mode et les célébrités.

Impossible de ne pas connaître Brüno, le nouveau personnage qui envahit les salles de cinéma cette semaine. Après une campagne publicitaire mondiale financée par Universal, le film met en scène l’acteur Sacha Baron Cohen, pour le meilleur et pour le rire. L’affiche en dit long sur le contenu : tenues extravagantes, homosexualité affichée à outrance, blond décoloré dans les cheveux, bref, une vraie figure de bande-dessinée. Or, derrière cette parfaite panoplie insolite se cache une envie furieuse de dénoncer l’Amérique et sa fermeture d’esprit. Car oui, Brüno est un personnage présenté comme le justicier des causes laissées sur le bord de la route aux Etats-Unis, à savoir l’homosexualité, la conquête de la célébrité à n’importe quel prix, l’adoption d’enfants en Afrique. Entre sketches improvisés lors d’un défilé de mode et interviews – que l’on suppose habilement planifiées – avec des acteurs, des politiques ou des stars, Brüno souhaite retrouver son aura mondiale en créant une émission ou en soutenant une cause. Tout est prétexte à parcourir le monde pour une éventuelle émission. Réconcilier Israël et la Palestine en chantant « il faut faire la paix », essayer de tourner un film pornographique avec un politique homophobe, se balader en mini short au Liban en portant des papillotes… Brüno ose tout, sans gêne ni complexe.

Le matraquage publicitaire et les apparitions de Sacha Baron Cohen sur les plateaux télévisés – on pense à son atterrissage en douceur sur Eminem lors des MTV Music Awards ou bien encore son exhibition en string « Sarkozy » au Grand Journal de Canal + – ont rendu le film déjà culte. Il a cependant été déprogrammé dans de nombreuses salles pour ses scènes pornographiques trash. Si Brüno cherche à devenir hétérosexuel, « afin d’être accepté dans la société » selon ses dires, il s’aventure dans des activités osées : échangisme, sadomasochisme, consultation auprès de religieux convertisseurs. Jouant l’imbécile autrichien, superficiel et ambitieux, Sacha Baron Cohen s’attaque après Borat aux stéréotypes faciles, dont sont friands une partie des Américains. Le film, tout comme Borat, est une succession d’épisodes loufoques qui, par le biais de l’humour, évoquent les principaux sujets de notre société. Si certaines scènes, comme le défilé Agatha Ruiz de la Prada, sont « réelles », la plupart sont de fausses improvisations face auxquelles, malheureusement, le spectateur se laisse difficilement avoir. Peut-être que Sacha Baron Cohen est allé trop loin dans l’exposition des stéréotypes qu’il a dénoncés, jusqu’à créer justement une stigmatisation de ces stéréotypes. Quel sera le prochain personnage ?

Titre original : Brüno

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…