Select Page

Hommage à Bertrand Tavernier

Article écrit par

Bertrand Tavernier vient de nous quitter. Retour, en forme d’hommage, sur l’œuvre d’une des plus passionnées et passionnantes figures du cinéma français.

L’érudition, le sens de l’analyse et l’humanisme du cinéphile Bertrand Tavernier (1941-2021) se seront tout naturellement prolongés à sa passionnante carrière de cinéaste. Cette passion du septième art se sera tout d’abord exprimée par son activisme dans les cercles cinéphiles des années 1950 et 1960, ou en tant que critique et cofondateur du ciné-club Mac Mahon où il défendit avec ferveur ses auteurs de prédilection contre les diktats de l’intelligentsia d’alors – notamment autour du cinéma anglais. Ce fut ensuite en tant qu’attaché de presse qu’il côtoya au plus près certains grands cinéastes.

Cette curiosité et ouverture se retrouvent quand il passe derrière la caméra avec L’Horloger de Saint-Paul (1973). Tavernier se situe à l’opposé de la doxa de la Nouvelle Vague, faisant confiance à la narration et à une écriture rigoureuse qui l’amèneront à remettre au travail des ténors de la « qualité française » si décriée par les « jeunes turcs » comme Jean Aurenche et Pierre Bost – auxquels il rendra hommage dans son film Laissez-passer (2002). Cela se manifestera par un vrai sens du romanesque et de l’émotion (Un dimanche à la campagne, 1984) ne cédant jamais au classicisme. Tavernier sait notamment donner un traitement détonnant à un matériau que l’on n’imaginerait pas dans un contexte francophone comme l’adaptation de Jim Thompson Coup de torchon (1981). Préservateur du passé et toujours à l’affût de la nouveauté, le réalisateur l’est également par les sujets abordés, son humanisme se posant autant dans une réalité historique rarement explorée (Le Juge et l’assassin, 1976 ; La Vie et rien d’autre, 1989 ; La Guerre sans nom, 1992 ; Capitaine Conan, 1996) que dans des maux bien contemporains (L.627, 1992 ; L’Appât, 1995 ; Ça commence aujourd’hui, 1999)..

Une œuvre passionnante qui aura toujours évolué selon ces préceptes, loin de toutes conventions.

Bonne lecture !

Réalisateur :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…