Bee movie – drôle d’abeille

Article écrit par

Dernier bébé pixelisé des studios DreamWorks, Bee Movie se veut le parangon de la nouvelle comédie animée au service des arthropodes en mal de vivre. Thématique rebattue depuis Fourmiz (1998), cet énième essai anthropomorphiste plonge au cœur d’une ruche de Central Park afin d’y découvrir le microcosme d’une communauté où l’individualisme est vécu comme une […]

Dernier bébé pixelisé des studios DreamWorks, Bee Movie se veut le parangon de la nouvelle comédie animée au service des arthropodes en mal de vivre. Thématique rebattue depuis Fourmiz (1998), cet énième essai anthropomorphiste plonge au cœur d’une ruche de Central Park afin d’y découvrir le microcosme d’une communauté où l’individualisme est vécu comme une anomalie. Vous devinez la suite ? Barry Benson, abeille peu ordinaire, se sent mal à l’aise dans cet environnement codifié. Décidé à ne pas se laisser enfermer dans une vie de labeur, il prend son envol afin de découvrir le monde pour, sans le savoir, en modifier conséquemment la physionomie. Rompu aux divertissements calibrés, le studio ne change pas sa politique en réalisant un film assez convenu mais qui, bizarrement, se regarde avec plaisir et réserve même quelques surprises. Explications.

L’humour en premier lieu. Celui-ci s’avère beaucoup plus subtil dans sa démonstration, s’offrant même le luxe d’apparaître en dehors des références (Ray Liotta et Larry King en tête) que cultivent à satiété les pontes de DreamWorks. Cette valeur ajoutée provient du scénariste / producteur / humoriste Jerry Seinfeld. Figure incontestée du petit écran outre-Atlantique, il prête sa voix au héros ailé qu’il a lui-même créé pour monsieur Katzenberg. Cette double casquette insuffle une dynamique rafraîchissante que seule la partie du procès viendra dégonfler. Nous rions de bon cœur, sommes séduits par la tenue des dialogues et si l’ensemble n’est pas d’une très grande originalité, la qualité des situations dans les différents rapports qu’entretiennent les personnages font de Bee Movie un divertissement plus que convenable.

Bien que l’idée de Bee Movie (jeu de mot signifiant à la fois film d’abeilles et film de série B) ait été lancée « comme cela », au cours d’un dîner entre Jerry Seinfeld et Steven Spielberg, le scénario du « showman » recèle une. Les abeilles parlent le langage humain et peuvent donc communiquer avec ces « monstrueuses créatures » adeptes d’écrabouillements à l’encontre des insectes volants. Cette idée géniale, responsable d’une interaction inédite entre les deux espèces, n’est malheureusement pas assez développée. Seinfeld a tout de même la présence d’esprit de mettre au même niveau l’homme et l’abeille pour tisser une histoire qui se joue autour d’un conflit d’intérêts. Si la narration penche inévitablement du côté de l’humain au détriment des apoïdes (les abeilles), l’ensemble reste cohérent, accepté par le spectateur et suffisamment rythmé pour enlever l’adhésion.

A la suite de ce fameux procès aux rebondissements téléphonés, tout s’enchaîne un peu trop vite et la fin, moralisatrice à souhait, expédie en quelques plans une histoire originale pour ne pas dire inventive. Est-ce dû au brave Seinfeld ou bien à la toute puissante compagnie inflexible sur le happy end de rigueur ? Nul ne peut le dire, mais il ne faut pas non plus trop en demander à un humoriste de télévision. Nous rêverons alors de ce dessin animé puissant et majestueux que nous aurait offert la paire magique Miyazaki / Bird.

Titre original : Bee movie

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.