A deriva

Article écrit par

Brazil, chaleur, plage, c´est une fenêtre ouverte sur ce merveilleux pays et sa culture que le film de Heitor Dhalia nous présente. Vincent Cassel étonne par son accent, mais aussi par son talent.

Imaginez une carte postale de vos vacances idéales. Sans réfléchir, une plage de sable fin dans un pays où chaque image rime avec paradis, chaque personne avec beauté et chaque moment avec bonheur. Ce doux rêve est celui évoqué par le film A deriva. Le scénario est secondaire. Face à l’évasion procurée par le film, l’histoire de cette famille qui vit entre tromperies et amour n’est qu’annexe. Le mari trompe sa femme avec une belle américaine, la fille chérie à son papa voit leurs actes sexuels, les photos de la maîtresse, l’attitude monstrueuse de son modèle et décide de tout avouer à sa mère. Seulement, elle n’est pas au bout de ses surprises et sa curiosité l’amènera à surmonter des soucis d’adulte.

Vincent Cassel incarne ce père volage. Il aime les femmes, la femme en général, il la désire, l’embrasse, la prend dans ses bras. Bien sûr, son accent de français parlant le portugais trouble au début. Mais le spectateur est vite ébahi devant sa maîtrise de la langue – ou de sa langue ? Bronzage idéal, séduction poussée à son extrême, la jeune fille de quatorze ans qui admire son père devient une jeune fille qui apprend à être une femme, ou plutôt la femme parfaite aux yeux de son papa. Adolescente et magnifique, Filipa (Laura Neiva) joue avec les garçons comme une séductrice adulte. Cet aspect est d’ailleurs gênant, voire choquant. La mise en scène si « sexuelle » d’une jeune fille peut mettre mal à l’aise quiconque l’observe. Les gros plans sur son corps, ses lèvres et ses fesses sont dérangeants et malvenus pour expliquer les rapports entre une fille et son père. Pourquoi en montrer autant ? Est-ce normal que la hiérarchie entre sentiments amoureux et attraction sexuelle soit si vite cassée ?

Entre l’évocation d’une famille brisée, l’amour impossible entre un séducteur et une mère désespérée devenue alcoolique, l’adolescence et ses éternelles questions, le spectateur est perdu. Difficile de réunir tous ces moments en un film continu, avec une logique et un sens. Peut-être est-ce pour cela qu’A Deriva s’apparente davantage à un catalogue d’images paradisiaques. Malgré cette succession de jolis plans sans vif intérêt, on ne s’ennuie pourtant pas. Tous les acteurs sont d’une beauté cinglante. Le film un éloge du beau et de sa personnification. Un hymne à la béatitude devant des photos de vacances, des moments d’insouciance amoureuse, des corps parfaits, des réactions logiques. Bref, l’illustration exemplaire d’une publicité invitant à aller au Brésil l’été prochain…

Titre original : A deriva

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 103 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.