Select Page

Cérémonies des César et des Oscars 2019 : retour sur les palmarès

Article écrit par

Les cérémonies de remises de prix du cinéma français et américain se sont déroulées respectivement les 22 et le 24 février 2019.

Le week-end du 22 au 24 février 2019 a vu s’enchaîner deux des cérémonies les plus ouvertes des Césars et Oscars de ces dernières années. Ouvertes au sens où les favoris étaient nombreux dans chaque catégorie. Résultat : pas de consensus absolu et un certain éparpillement des voix, que ce soit pour le cinéma français ou le cinéma américain. Surnagent néanmoins quelques lignes de force qu’on pourrait résumer ainsi : lutte contre le sexisme et les violences faites aux femmes ; lutte pour la reconnaissance des minorités ; plus généralement : lutte pour la diversité – aux détriments du quant-à-soi masculin, blanc, impérialiste, machiste, raciste, homophobe, conservateur, qu’incarne l’actuelle présidence américaine.

Censés couronner ce qui se serait fait de mieux au cinéma dans le courant de l’année 2018, ces prix ne semblent plus tout à fait auréolés du même prestige qu’il y a quelques décennies (phénomène beaucoup plus marqué pour les Oscars). Reflets de l’humeur du moment, symptômes d’une certaine sensibilité politique ou esthétique, aboutissements de tout un travail de promotion et de réseautage, les César comme les Oscars ont une portée qu’il convient de relativiser au vu des véritables enjeux de la création cinématographique d’aujourd’hui (enjeux à notre sens esthétiques avant d’être économiques ou politiques). Mais le passage du temps, même s’il n’a pas adoubé toutes les récompenses décernées par le passé – loin de là – nous prouve bien que même en creux, ces récompenses nous disent quelque chose de précieux sur les films et l’époque où elles ont été attribuées. Et il est rare, heureusement, que les lauréats se révèlent sans qualité cinématographique.

Une fois posé ce contexte, place à la liste des principales récompenses, dont on voit qu’elle ne recoupent quasiment pas les préférences exprimées par notre équipe de rédaction lors de notre palmarès 2018 (même si des calendriers de sortie différents expliquent en petite partie ces divergences)

 

Principales récompenses des César 2019 (avec les liens vers nos critiques)

Saluons la victoire de Jusqu’à la garde dans trois catégories majeures. La précision et la sobriété de sa mise en scène, la justesse de ses acteurs, la puissance de son récit – en particulier sa séquence finale – justifient d’autant plus les éloges faits à ce premier film que son sujet résonne avec des préoccupations très contemporaines. Victoire à relativiser, toutefois : l’année dernière, le principal film récompensé avait raflé pas moins de six César (il s’agissait de 120 battements par minute, de Robin Campillo)

 

Principales récompenses des Oscars 2019 (avec les liens vers nos critiques)

  • Meilleur Film : Green Book de Peter Farrelly
  • Meilleur Réalisateur : Alfonso Cuaron (Roma)
  • Meilleur Acteur : Rami Malek (Bohemian Rhapsody)
  • Meilleure Actrice : Olivia Colman (La Favorite)
  • Meilleur scénario original : Nick Vallelonga, Brian Currie et Peter Farrelly (Green Book)
  • Meilleure adaptation : Charlie Wachtel, David Rabinowitz, Kevin Willmott et Spike Lee (BlacKkKlansman)
  • Meilleure photo : Alfonso Cuaron (Roma)
  • Meilleure musique originale : Ludwig Goransson (Black Panther)
  • Meilleure chanson originale : Shallow (A Star Is Born), musique et paroles de Lady Gaga, Mark Ronson, Anthony Rossomando et Andrew Wyatt
  • Meilleur film en langue étrangère : Roma, d’Alfonso Cuaron
  • Meilleur film d’animation : Spider-Man: New Generation
  • Meilleurs effets spéciaux : First Man

Là encore, un relatif émiettement. Le beau film habile mais un peu consensuel de Peter Farrelly, cochait parfaitement les cases d’un film à Oscars. Rien d’étonnant, a posteriori, à ce qu’il soit consacré meilleur film. Green book partage le haut du palmarès avec Roma – à notre sens, pour le coup, un vrai grand film, exigeant, fascinant, un peu atypique pour une telle cérémonie, et qui a particulièrement attiré l’attention en tant que film distribué par Netflix (vrai-faux débat sur lequel nous étions revenus lors de notre critique du film).

 

Le jeu des pronostics…

Pour finir sur une note légère, un mot sur les pronostics auquel s’était livrée l’équipe de rédaction de notre webzine avant les cérémonies. A ce petit jeu les membres de l’équipe n’ont pas démérité, qu’on en juge :

  • Pour les Césars quatre voix sur onze exprimées avaient prévu la victoire de Jusqu’à la garde. En deuxième position, avec deux voix : Les frères Sisters (il se trouve que justement Jacques Audiard a été récompensé) et La Douleur d’Emmanuel Finkiel – un fort regret de notre côté, toutefois un peu moins vif que l’absence de Mektoub My Love : Canto Uno.
  • Nos deux favoris pour les Oscars ont été Green book (quatre voix exprimées sur onze) et Roma (trois voix), suivis par Bohemian Rhapsody (deux voix)
  • Un petit mot de félicitations pour Josiane Martin, notre responsable des partenariats et relations presse, qui seule a deviné le couplé gagnant pour les meilleurs films !

 

Année :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.