Select Page

30e Bifff, du 5 au 17 avril : et joyeux anniversaire !

Article écrit par

Le festival du film fantastique de Bruxelles fête trois décades de films de genre et de projections mouvementées, avec force invités prestigieux et avant-premières du troisième type.

30 ans et tous ses crocs ! La vénérable et azimutée institution qu’est le Bifff (pour Festival international du film fantastique de Bruxelles) revient à partir du 5 avril, fidèle au poste, présenter dans son fier pays le cinéma de genre, celui des marges, des transgressions, du politiquement incorrect et qui excite l’imagination.

Piloté depuis ses origines par des passionnés qui n’ont que faire des tapis rouges et du crépitement des flashs, le Bifff ne pouvait toutefois laisser passer l’occasion de célébrer comme il se doit sa trentième édition, toujours organisée dans l’immense parc des expos qu’est le Tour & Taxis. Bien sûr, les projections y font figure d’attraction principale : près de 70 films, du bis le plus improbable (le film de super-héros argentin Zenitram, le japonais Deadball et ses matches de base-ball gore, ou encore le germanique Iron Sky et ses nazis cachés sur la Lune) au dernier blockbuster en avant-première (Cabin in the Woods, Lock Out ou encore The Raven) vont se partager l’attention d’un public toujours turbulent, prompt à animer chaque séance de formules rituelles, du type « La poooorte ! » dès qu’un personnage à l’écran a le malheur de sortir sans la fermer.

 


 
Pour la première fois, le festival se met par ailleurs à l’heure de la 3D numérique, avec pas moins de 7 longs métrages qui n’auront que peu de choses à voir avec Avatar. Cerise sur le gâteau, plusieurs projections de courts-métrages, réalisés par des fans ou organisateurs du Bifff, auront lieu avant certaines séances.

William Friedkin et Terry Gilliam en invités d’honneur

Mais le programme n’est pas uniquement constitué de pellicules à avaler en grande quantité. Plus que jamais, le « T&T » va être agité avec plusieurs animations prévues en dehors des traditionnels Bal des vampires et Zombie parade. Ateliers de réalisation vidéo, body painting, bourse d’échanges qu’on imagine remplie d’objets collector, rétrospective de films fantastiques belges (dont l’incroyable Calvaire)… les propositions sont nombreuses et alléchantes. Il faut y ajouter plusieurs master class ouvertes au public, dont la plus attendue est sans doute celle de Lloyd Kaufman, big boss de la firme Troma. Le chantre de la série Z et de l’esprit do-it-yourself prodiguera sur place ses bons conseils pour réaliser un film avec le budget cantine d’une production Besson.
.
 


 
Le jovial producteur-réalisateur n’est pas le seul sur la liste des invités, toujours aussi prestigieuse. Les spectateurs pourront ainsi croiser durant la quinzaine rien de moins que William Friedkin, qui présentera son Killer Joe, l’habitué des lieux Alex de la Iglesia, Terry Gilliam, auteur d’un court métrage récemment tourné en Italie, Tony Ching Siu-Tung (plus connu pour être le réalisateur des Histoires de fantômes chinois), Mick Garris, Alexandre Courtes, Xavier Gens, Barbara Steele, Julie Gayet, Stéphane Bourgoin, Éric Valette… Une sacrée brochette de talents qui, comme c’est l’habitude, se prêtera à des séances de questions-réponses avec le public. C’est aussi ça, le Bifff : le cinéphile averti peut, entre deux dégustations de bières locales, y découvrir des films rares (et fous) tout en rencontrant des maîtres et grands espoirs du genre (et pas seulement fantastique). Rendez-vous dans quinze jours pour un bilan complet de cette édition anniversaire, et plusieurs surprises supplémentaires…

Petite sélection des films projetés entre le 5 et le 17 avril :

Killer Joe, de William Friedkin
La Chispa de la vida, d’Alex de la Iglesia
Ace Attorney, de Takashi Miike
Cabin in the Woods, de Drew Goddard
The Incident, d’Alexandre Courtes
Himizu, de Sono Sion
Flying Swords of Dragon Gate 3D, de Tsui Hark
Iron Sky, de Timo Vuorensola
Kotoko, de Shinya Tsukamoto
Lobos de Arga, de Juan Martinez Moreno
Bag of Bones, de Mick Garris

Plus d’infos : www.bifff.org


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Strange Days de Kathryn Bigelow

Strange Days de Kathryn Bigelow

Kathryn Bigelow avait signé son film le plus populaire avec le cultissime Point Break (1991),  œuvre où s’épanouissait enfin pleinement dans le fond et la forme sa quête d’un cinéma purement sensitif capturant frontalement l’adrénaline. Point Break constituait une...