Select Page

Woman at war

Article écrit par

En présentant la lutte pour l’environnement comme une comédie légère, Benedikt Erlingsson va-t-il aider la cause écologiste?

La guerre contre la pollution est déclarée

Alors qu’elle mène en apparence une vie bien tranquille en Islande, entourée de ses proches, de la nature et de sa sœur qui lui ressemble presque comme une goutte d’eau, Halla pourrait continuer à exister sans problème. Mais elle est une sorte de docteur Jekyll et mister Hyde de l’écologie révolutionnaire puisqu’elle se transforme la nuit en « Femme de la montagne », menant une guerre secrète contre l’industrie locale de l’aluminium. La Semaine de la critique nous propose enfin un film plus léger pour dénoncer hélas la violence que les industries font subir à la planète, répondant presque parfaitement aux diktats que les organisations font peser quant à elles sur le cinéma contemporain : féminisme, lutte contre les injustices, antiracisme, etc. Pourtant le film de Benedikt Erlingsson, même s’il possède quelques maladresses et naïvetés, ne fonctionne pas de la sorte et se donne dans une sorte de simplicité sincère et revigorante.

L’écologie présentée comme un combat

Quelle femme n’aimerait pas devenir la nuit une sorte de Zorro femelle pour faire sauter toutes ces lignes à haute tension afin d’arrêter l’industrialisation qui nous menace alors que la nature est admirable? De plus, un courrier vient quelque peu brouiller les pistes et compliquer le militantisme de Halla lorsqu’elle apprend qu’elle doit partir en Ukraine chercher la petite fille qu’elle a adoptée. Le film, qui n’a jamais été politique, passe alors de la comédie militante à une sorte de farce qui met bien à jour les rouages ubuesques des gouvernements tiraillés entre le respect des citoyens et l’application aveugle des directives mondialistes, telles qu’on le vérifie chaque jour en France avec la lutte contre la ZAD de Notre-Dame-des-Landes entre autres. Un film féministe et réjouissant qui n’aura pas échappé à la sagacité du jury des Prix de la Semaine de la Critique, présidé par Chloe Savigny et qui a reconnu son talent discret en accordant le Prix de la SACD à Benedikt Erlingsson & Ólafur Egill Egilsson, les auteurs du scénario de Kona Fer í Stríd (Woman at War).

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Capharnaüm

Capharnaüm

Au Liban, un jeune syrien intente un procès à ses parents pour lui avoir donné la vie. Flashback. Film-procès qui rate sa cible et se transforme en suicide, pour devenir une mascarade spectaculaire.

Predators

Predators

A l’occasion de la sortie du film de Shane Black (2018), retour sur le reboot de 2010, qui cherchait à faire retrouver son lustre à une franchise attachante mais malmenée, via un retour aux sources et aux fondamentaux de la mythologie « Predator ».