Select Page

Vedette

Article écrit par

Vedette est une vache, mais pas n’importe laquelle. Il faut la voir pour le croire.

Vache sacrée ou sacrée vache ?

Ce documentaire est vraiment magnifique et magique. Après l’avoir vu, on comprend mieux pourquoi la vache est un animal sacré chez les Hindous. Vedette est une vache, mais pas seulement. Vedette est un personnage que les deux réalisateurs ont adoré filmer. Vedette est une reine, elle a son petit caractère, elle fait un peu peur à la voisine, mais c’est aussi une bonne pâte qui mourra en paix, dans sa grange après quelque trois ans de vie et après avoir donné naissance à un nouveau jeune veau. Car Vedette a vieilli, hélas, même si elle a été la reine des reines à l’alpage. Pour lui éviter l’humiliation d’être détrônée par de jeunes rivales parce que Vedette la fière et digne vachette ne le supporterait pas, nos voisines nous la laissent tout un été. C’est là que nous avons découvert que toute vache est unique. Toute vache est unique, toute vache est super belle et photogénique. Et Vedette par-dessus tout est attachante. Quand Claudine lui fait la lecture dans son étable en pleine montagne suisse, on dirait qu’elle écoute et qu’elle comprend. Elle semble même blâmer ce pauvre Descartes avec sa théorie des animaux machines.

 

La vitalité et la force de Vedette

Mais si Vedette rumine, ce n’est pas par ressentiment. Vedette en fait elle s’en fout de la politique et des œillères des gens du vaste monde. C’est une vraie force tranquille, elle. Le film est le récit d’une vie qui nous amuse parfois, nous émeut souvent et se clôt sur un plan d’une beauté rare et grave. Les deux propriétaires, après avoir assuré partout qu’elles ne mangeraient jamais de leurs vaches après leur mort, confessent qu’elles ont finalement mangé Vedette après l’avoir fait euthanasier car sa maladie était incurable, sans doute la vieillesse des vaches, aussi tragique que celle des humains. Et cette chair qu’elles ont fait découper par le boucher qui a tout placé ensuite dans des petits sachets, est comme une manière pour les deux bergères de s’attribuer la force, la vitalité et la grâce de Vedette.

On ne t’oubliera jamais

C’est une fin d’ailleurs assez inattendue en période de véganisme et de végétarisme. Vedette va continuer à vivre à travers elles, un peu comme par un effet de transsubstantiation. Pas très logique, pas trop chrétien non plus, mais qui nous dit que l’animal n’a pas une âme lui aussi, si l’homme s’en est attribué une et une belle et grosse quant à lui, lui qui vole tout sur cette planète. En tout cas, après avoir suivi la belle Vedette noiraude, on peut en être persuadé qu’elles ont un esprit en tout cas. On peut même être certain qu’on n’oubliera jamais sa démarche, ses beaux yeux profonds, et ses facéties lorsqu’elle cesse de ruminer pour avaler presque en entier les baguettes rassises que sa voisine lui offre non sans avoir vaincu ou dissimulé sa peur ou sa timidité. A quoi elle pense, dis, la vache quand elle nous regarde comme ça ? Une merveille de film qui donne la pêche, la gnaque et le moral.

Réalisateur : ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.