Un Amour impossible

Article écrit par

Une adaptation décevante du roman intimiste de Christine Angot.

À plus d’un titre, le projet semble ambitieux et prometteur. Un amour impossible, le roman de Christine Angot conjugue romanesque et passion pour révéler la part la plus douloureuse et intime de son passé. Comme aime à le souligner Catherine Corsini lors de la présentation publique de son adaptation, en cette période de libération de la parole féminine, ce récit fait œuvre de témoignage. Mais l’adaptation littéraire est également un exercice périlleux où les écueils sont légion et sans appel. La preuve nous en est malheureusement donnée ici.

 

Une vie à attendre

On comprend très rapidement que les ingrédients du romantisme ne donneront pas lieu à la passion attendue. Dans la courte première partie du film, la seule vraiment réussie, au creux de la fougue sensuelle qui saisit les deux amants Catherine Corsini irrigue subtilement un mystérieux parfum de malaise. Coup de théâtre annoncé : Philippe applique son plan de vie ; celui d’un amant libre désireux de parcourir seul le monde, laissant Rachel élever seule leur enfant. A partir de là, scolairement soucieuse de respecter les événements évoqués dans le roman, Catherine Corsini se montre incapable de les faire vivre de l’intérieur. En grande partie par l’ absence de pulsations, celles qui font la force de la plume concise et vive d’Angot. Nous voilà donc plongés dans un récit simplement programmatique, sans âme : la monotonie d’un modeste quotidien simplement rehaussée par les retours de moins en moins fréquents de Philippe.

Traduire l’indicible

Chantal devenue adolescente, Philippe commence enfin à lui porter de l’intérêt. Fascinée, la jeune fille multiplie les séjours en compagnie de son père. Une grande partie de leur relation restera cependant hors-champ. Un choix louable de mise en scène, qui, outre le fait de fait de préserver une part de non-dit, permet d’éviter toute forme de provocation. Le terrible secret doit cependant nous être révélé. Cela viendra de la plus maladroite des manières ; dans une scène finale lourdement explicative, durant laquelle Chantal semble s’adresser plus directement aux spectateurs qu’à sa pauvre mère. D’une façon beaucoup plus large et préjudiciable, Catherine Corsini n’a pas su traduire les maux d’Angot autrement que par des mots. À l’exception des deux échanges épistolaires filmés en champs-contrechamps, la réalisatrice ne tente rien pour sortir sa mise en scène d’un académisme lénifiant. Laissant une voix- off, souvent très illustrative, se charger de meubler les scènes.

 

Erreur de casting

Commençons par souligner le choix judicieux de Niels Schneider, convaincant dans son rôle de charmeur hypnotique et vénéneux. Mais, le personnage central et omniprésent repose sur les épaules bien trop justes de Virginie Efira, une actrice qui manque visiblement de talent dramatique et surtout de travail pour en avoir. À commencer par cette incapacité à gommer totalement son accent belge (bien perceptible dans certaines intonations), pour interpréter une pure berrichonne des années cinquante. Certes Hélène n’est pas une érudite, comme aime à lui rappeler avec un malin plaisir son amant. Les dures leçons de l’existence ont eu peu d’effet sur ses vains espoirs de bonheur. Mais de là a en faire une pauvre falote sempiternellement bienveillante, il y a un fossé à ne pas franchir. En proposant une si faible palette d’expressivités : il ne suffit pas de savoir pleurer et sourire naïvement, Virginie Efira apparaît dépassée par ce rôle à contre-emploi.

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Pays :

Durée : 135 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.