Select Page

Slacker

Article écrit par

Bienvenue dans le Austin des années 1990.

Faux glandu

 

« Slacker » : « a person who evades duties and responsabilities ». Un « slacker » est donc un glandeur, un paresseux, quelqu’un qui se laisse porter par la vie sans trop agir pour quoi que ce soit. Et sous ses airs de faux « slacker », Richard Linklater propose pour son premier succès cinématographique une immersion totale durant un peu plus d’une journée, dans le quotidien d’une centaine d’habitants d’Austin (Texas).

Immédiatement, on se rend compte du paradoxe que montre Linklater entre son idée du « slacker » et les personnages que sa caméra suit au gré de leurs déambulations. Ceux-ci, tous plus ou moins excentriques et/ou marginaux sont en réalité tous très affairés…à écrire un livre, répéter dans un groupe, bricoler ou démolir, à palabrer ou à écouter. Ainsi, nous rencontrons diverses contre-cultures et une diversité de genre et d’opinions au sein d’une même ville (la richesse de l’Amérique ?).
La structure filmique de Slacker est intéressante par le fait que les personnages filmés se passent la lumière tel un relais et créent alors tous ensemble une boucle humaine géante. De ce fait, Linklater s’attache à ne faire que très peu de coupures entre les plans (il semble que le plan-séquence soit vraiment chose intemporelle quand on pense à 1917 près de 20 ans après) afin de ne pas briser ce fil rouge si fin et fragile entre ces personnes banales, mais pourtant si représentatives de la société américaine des années Bush.

 

Faux documentaire…réelle critique ?

Presque une habitude désormais, Linklater choisit de filmer les minorités, ici la contre-culture en marge de la perception dominante qu’on pourrait se faire du Texas. Dans cet état traditionnellement américain, ils ont le sentiment de ne pas compter, et le film transmet une vision politique atypique : celle d’une non-participation, tant sur le plan électoral qu’au quotidien. « Ne rien faire », tel un « slacker » au final, ici c’est préférer rire, bavarder, refaire le monde plutôt qu’être intégré à un certain système officiel. Linklater a déjà avoué son amour pour l’anarchisme, et dit d’ailleurs à propos de Slacker : »En fait, le film parle de terrorisme domestique. Ce sont des gens qui ne font encore rien, mais sont sur le point de passer à l’acte, que ce soit bien ou mal. C’est un peu la mentalité du terroriste ».

En tant que documentaire fictif, Slacker est un film culte, intemporel, et qui dépeint les rapports sociaux avec discrétion et neutralité. De par son humour très fin et son rythme captivant, le film n’a rien perdu de son actualité : l’Amérique va toujours mal.

 

Titre original : Slacker

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre : ,

Pays :

Durée : 97 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…