Scarlett Johansson, à corps majeur

Article écrit par

<< Les gens pensent que je suis futile, mais ce n'est pas le cas >> (Magazine Spin). Confirmation. Scarlett Johansson c´est le versant positif de la modernité, splendide et engagé.

Si tout a été écrit sur Scarlett Johansson, fantasme vivant du XXIe siècle (The Teenagers ou The Jai Alai Savant lui ont consacré une chanson), tout passe par l’image. Iconographie de la sensualité poussée à son paroxysme, l’actrice impressionne par la candeur d’un corps qui incarne la féminité : une bouche à faire frelater le botox labial de Meg Ryan, un teint laiteux aux sensations si pures, une voix caverneuse aux envolées chantantes des soulwomen de la Nouvelle-Orléans, un profil vermeerien, vernonien ou gottlibien selon l’heure et les saisons…les références pleuvent jusqu’à atteindre parfois le rapprochement ultime avec Marilyn Monroe.

Diplômée de théâtre à la Professional Children’s School de Manhattan (2002), un young Star Award en poche (délivré par The Hollywood Reporter pour son rôle de Grace dans L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux), deux nominations aux Golden Globes (Lost in Translation, La jeune fille à la perle) et une aux Oscars, rien ne prédestinait pourtant la jeune femme au succès. Certes, une passion pour des actrices telles que Judith Garland ou Rosalind Russell peuplait les rêves de la cinéphile Scarlett, mais un environnement familial à 100.000 lieues du monde du cinéma ne devait laisser présager une carrière qui s’annonce aussi généreuse que les formes de l’actrice.

23 ans tout juste mais un condensé harmonieux de maturité et de fraîcheur à faire tourner la tête du plus asexué des lémuriens. De ses origines danoises, Scarlett a gardé le charme des sirènes d’Andersen. Woody Allen ne s’est pas trompé, la prenant pour muse et la dirigeant maladroitement d’abord dans Scoop avant de lui proposer un rôle à la mesure de son talent dans Match Point, en tirant parti de cette sensualité (sexualité) transpirant à chaque frémissement de corps (en attendant leur 3e collaboration, Untitled Spanish Project)

Corps tronqué et amputé dans L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux, corps criblé de balles dans Match Point, corps échappant de peu à la noyade dans Scoop, corps en perdition dans Lost in translation… comme si aucun film ne pouvait assumer cette posture du désir sur la longueur.
Tout pourrait finalement n’être qu’une histoire de corps si la jeune femme n’y apportait du cœur et une présence qui se détache de sa seule anatomie.

De jeune femme sensible et vulnérable dans un Tokyo oppressant et embarquée dans une relation œdipienne avec Bill Murray, en spectre du désir de Jonathan Rhys Meyer dans un de ces films marqués au fer rouge (passion) par Woody Allen, de muse picturale (La jeune Fille à la perle) à enfant courageuse et volontaire (L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux), l’actrice n’excelle jamais autant que lorsqu’elle compose des personnages nostalgiques et évaporés dans une perplexité et une nébuleuse de questionnements. Mais on se prend à rêver d’une Scarlett Johansson, illuminant à la Cameron Diaz une vraie comédie potache comme l’avait laissé entrevoir son rôle de mutine délurée dans Scoop ou dans un univers plus onirique à la David Lynch (sauce Mullholland Drive ou Twin Peaks).

Difficile alors de comprendre les choix anachroniques de certains réalisateurs de l’enfermer dans des rôles de potiches historiques avec carcans sociaux et retenue qui étouffent sa fraîcheur. Libre, rebelle, indépendante, Scarlett Johansson ne trouve sa pleine mesure que dans les films qui exploitent sa modernité à la lisière du futurisme. Les grandes enseignes ne se sont pas trompées, exploitant cette composante pour dépoussiérer une image de marque souvent vieillissante : CK, L. Vuitton, L’Oréal en ont fait leur égérie tandis que Reebok lui laissait carte blanche pour créer ses « Scarlett Hearts Rbk ».

Scarlett Johansson, c’est aussi la séduction par la voix. Quand subitement la bouche se détache du corps. Quand les sonorités restent accrochées à la gorge pour soudain s’envoler. Un timbre rocailleux et jazzy qui épouse maintenant les harmonies de Tom Waits dans Anywhere I Lay My Head (sortie le 20 mai). Le défi est courageux et les premières critiques dithyrambiques. Son Summertime était déjà transportant, elle semble récidiver de la plus belle des manières, en prêtresse de l’underground (Clin d’œil à Ghost World, 2002) et en muse émancipée.

Actrice, chanteuse, égérie, réalisatrice (elle déclare son amour de Big Apple dans un court métrage pour NY, I love you, le pendant américain de Paris, Je t’aime)…et artiste engagée. Mais pas de cet engagement irréfléchi et d’apparence, trop répandu dans le milieu du cinéma. A corps perdu, elle affiche une confiance totale en Barack Obama, apparaissant sur une vidéo de soutien du candidat démocrate et n’hésitant pas à dévoiler ses convictions politiques dans une course à l’investiture qui frise le show hollywoodien avec appariements et casting de rêve. L’actrice se donne corps et biens pour de nombreuses causes, et n’a d’ailleurs pas hésité à mettre aux enchères une soirée en sa compagnie au profit de l’oxfam (Oxford Commitee for Famine Relief). Un engagement à faire se damner un saint.

Analyser l’attraction Scarlett Johansson, c’est réaliser une chromatographie du désir, c’est comprendre la mécanique des fluides, c’est se perdre dans l’inexplicable. La petite fille qui tenait la vedette dans la pièce Sophistry aux côtés d’Ethan Hawke à Broadway en 1994, a bien grandi et marche sur les traces de Marilyn Monroe, malgré les forces et faiblesses qui fissurent une carapace immaculée, et avec ce petit supplément d’âme qui permet de se détacher de l’image pour atteindre le personnage. Le XXIe siècle ne savait plus à quel saint (ou à quel sein?!) se vouer, il tient sûrement ici sa muse. Et quelle muse.
 


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.