Select Page

Samuel Fuller

Article écrit par

Ode à un vrai franc-tireur du cinéma américain.

Samuel Fuller s’inscrit dans la veine des cinéastes francs-tireurs et aventuriers dont le cinéma se nourrit d’un vécu immense précédant leur carrière. Fuller, de par son expérience de reporter criminel, donnera ainsi des visions parmi les plus saisissantes de la jungle urbaine avec des œuvres comme Le Port de la drogue (1953) ou encore Underworld U.S.A. (1961), ce dernier innovant au cinéma la notion de Syndicat du Crime. S’il livre une œuvre cathartique avec l’autobiographique Au-delà de la gloire (1980), le réalisateur a su également faire partager indirectement son expérience de la guerre (il participa notamment au Débarquement en Normandie) dans des classiques traitant du front du Pacifique ou la Guerre de Corée tels que Les Maraudeurs attaquent (1962) ou encore Baïonnette au canon (1951).

En se focalisant sur les hommes et leur expérience du front, il a toujours su éviter les films de propagande dans ces récits guerriers. Fort de ce parcours, Fuller qui était également écrivain a su afficher une hauteur et un regard incisif sur le monde à travers le portrait peu reluisant des Etats-Unis. Shock Corridor (1963), The Naked Kiss ou Dressé pour tuer fixent une Amérique malade (racisme, violence, pédophilie) droit dans les yeux. Un parcours exemplaire et engagé pour un immense réalisateur.

Bonne lecture en attendant un prochain Coin du Cinéphile consacré à Bertrand Tavernier.

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?

Made In Bangladesh

Made In Bangladesh

Made in Bangladesh est un film en lutte, qui s’attaque à de nombreux sujets politiques, sociaux et économiques, mais avant tout profondément humains, et qui ne le fait pas sans une certaine finesse ni une certaine beauté.