Select Page

Samuel Fuller

Article écrit par

Ode à un vrai franc-tireur du cinéma américain.

Samuel Fuller s’inscrit dans la veine des cinéastes francs-tireurs et aventuriers dont le cinéma se nourrit d’un vécu immense précédant leur carrière. Fuller, de par son expérience de reporter criminel, donnera ainsi des visions parmi les plus saisissantes de la jungle urbaine avec des œuvres comme Le Port de la drogue (1953) ou encore Underworld U.S.A. (1961), ce dernier innovant au cinéma la notion de Syndicat du Crime. S’il livre une œuvre cathartique avec l’autobiographique Au-delà de la gloire (1980), le réalisateur a su également faire partager indirectement son expérience de la guerre (il participa notamment au Débarquement en Normandie) dans des classiques traitant du front du Pacifique ou la Guerre de Corée tels que Les Maraudeurs attaquent (1962) ou encore Baïonnette au canon (1951).

En se focalisant sur les hommes et leur expérience du front, il a toujours su éviter les films de propagande dans ces récits guerriers. Fort de ce parcours, Fuller qui était également écrivain a su afficher une hauteur et un regard incisif sur le monde à travers le portrait peu reluisant des Etats-Unis. Shock Corridor (1963), The Naked Kiss ou Dressé pour tuer fixent une Amérique malade (racisme, violence, pédophilie) droit dans les yeux. Un parcours exemplaire et engagé pour un immense réalisateur.

Bonne lecture en attendant un prochain Coin du Cinéphile consacré à Bertrand Tavernier.

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Qui a tué le chat?

Qui a tué le chat?

Après “l’argent de la vieille”(1972) et avant “le grand embouteillage”(1979), Luigi Comencini se commet dans une satire implacable qui vise à débrouiller l’écheveau des travers de la société de son temps. Sous le vernis de la farce à l’absurde déjanté s’écaille une vision lucide et décomplexée. Décapant.

Casanova, un adolescent à Venise

Casanova, un adolescent à Venise

“Casanova, un adolescent à Venise” dépeint une tranche de la vie picaresque de l’auteur-mémorialiste libertin de “Histoire d’une vie”, Giacomo Casanova. Cinéaste de “l’innocence perdue”, Comencini s’inspire des tableaux de genre du peintre vénitien Pietro Longhi pour leur insuffler le mouvement comme autant de saynètes croquant les moeurs dissolues de l’aristocratie de la république vénitienne au siècle des lumières le tout somptueusement enchâssé sur la toile de fond en trompe-l’œil de la lagune.